Après avoir été sauvées, deux tortues de mer retrouvent l’océan sur l’Île de Ré

Sur la plage de Conche des Baleines, deux tortues ont été relâchées dans l'océan après avoir été récupérées quelques mois plus tôt, dans un piteux état par le CESTM de l'Aquarium de La Rochelle. Un évènement résultant d'un grand travail de soin et d'études scientifiques afin de protéger les espèces.
© Arthur Paré - Aquarium de La Rochelle

Quelques mètres sur le sable avant de retrouver enfin l’océan. Luciole et Légende, deux tortues caouannes, ont été remise à l’eau lundi 28 juin sur la plage de la Conche des Baleines de l’Île de Ré. Elles avaient été récupérées dans des états critiques, échouées ou "capturées accidentellement par un pêcheur". C’est alors que le CESTM (Centre d’études et de soins des tortues marines) de l’Aquarium de La Rochelle les a récupérées pour les sauver. Quelques mois plus tard, les voici en pleine santé et de retour à la vie sauvage. 

Luciole a été retrouvée échouée le 14 mars dernier à Carcans, en Gironde. Elle était alors déshydratée et en état d'hypothermie. Elle est aujourd'hui en pleine forme.
Luciole a été retrouvée échouée le 14 mars dernier à Carcans, en Gironde. Elle était alors déshydratée et en état d'hypothermie. Elle est aujourd'hui en pleine forme. © Arthur Paré - Aquarium de La Rochelle

"Le terme "capture accidentelle" ne veut pas dire que la tortue s’est forcément prise dans les filets d’un pêcheur, précise Mathieu Coutant, directeur général de l’Aquarium de La Rochelle. Ça peut également être un pêcheur qui a vu une tortue en détresse et nous l’a amené." De manière générale, les tortues recueillies par le CESTM de l’Aquarium de La Rochelle, sont rarement mises en danger directement par l’activité humaine. Trouver des responsables n’est, par ailleurs, pas le but des soigneurs et des scientifiques. "Notre mission est d’abord de sauver l’animal, mais également, dans une démarche scientifique, d’étudier sa vie et ses comportements afin de mieux les protéger", explique Mathieu Coutant. 

La deuxième tortue, Légende, a mis beaucoup plus de temps à se remettre en état. Prise en charge par le CESTM après une capture accidentelle, en février 2020, elle souffrait alors d'une déshydratation et d'une infection articulaire à sa patte antérieur gauche. Après de nombreux soins et une longue rééducation elle a enfin retrouver la mobilité de sa patte.
La deuxième tortue, Légende, a mis beaucoup plus de temps à se remettre en état. Prise en charge par le CESTM après une capture accidentelle, en février 2020, elle souffrait alors d'une déshydratation et d'une infection articulaire à sa patte antérieur gauche. Après de nombreux soins et une longue rééducation elle a enfin retrouver la mobilité de sa patte. © Arthur Paré - Aquarium de La Rochelle

Pour ce faire, les équipes du CESTM peuvent poser des balises sur certaines tortues afin d’étudier leurs comportements et d’assurer un suivi une fois remises à l’océan. Mais cette décision dépend surtout de la taille et du poids de la tortue. Cette fois, une seule des deux tortues (Légende) a pu se faire poser une balise, car l’autre (Luciole) était trop petite. Une fois relâchées, les tortues sont ainsi suivies jusqu’à temps que la balise n’est plus de batterie ou tombe de leur carapace. Ce qui peut durer de 15 jours jusqu’à près d’un an et demi.

Un suivi scientifique déterminant

Pour Mathieu Coutant, ce suivi est essentiel pour en apprendre plus sur le mode de vie des tortues. Ce qui permettra ainsi de prendre des mesures de protection de l’espèce. "Cela nous donne des hypothèses sur leur mode de vie et leurs migrations. On connaît bien la vie des tortues adultes, puisqu’elles pondent sur les côtes, les tortues très jeunes, puisqu’elles naissent sur les côtes mais il y a toute la période de l’adolescence qui est méconnue. Or, la majorité des tortues échouées et menacées sont des tortues adolescentes", souligne le directeur général de l’Aquarium de La Rochelle.

Après plus d'un an de soin, Légende mesure 35,5 cm pour 8,6 kg, soit la taille suffisante pour se faire poser une balise. Elle permettra à l'équipe du CESTM de l'Aquarium de La Rochelle d'assurer un suivi scientifique essentiel.
Après plus d'un an de soin, Légende mesure 35,5 cm pour 8,6 kg, soit la taille suffisante pour se faire poser une balise. Elle permettra à l'équipe du CESTM de l'Aquarium de La Rochelle d'assurer un suivi scientifique essentiel. © Arthur Paré - Aquarium de La Rochelle

Jusqu’à présent, 28 tortues ont été balisées par le CESTM de l’Aquarium de La Rochelle, ce qui permet d’avoir de nombreuses données. Légende est la 29ème, et vous pouvez vous-même suivre son parcours mis à jour régulièrement sur le site internet de l’Aquarium de La Rochelle

Sur la plage de la Conche des Baleines, le 28 juin, seuls les scientifiques pouvaient assister au retour à l’océan des deux tortues, mesures sanitaires oblige. Pour le moment, l’opération est une réussite, car rien n’est laissé au hasard. Tout est calculé par les équipes du CESTM, comme le détaille Mathieu Coutant : "Nous les relâchons sur cette plage qui est au bout de l’île et à une heure précise, afin que les courants leurs soient le plus favorables. De même, nous le faisons uniquement en juin, car la température est parfaite pour qu’elles retrouvent des conditions de vie idéales." Il faudra donc attendre l’année prochaine avant de voir les prochaines tortues de mer soignées par le CESTM de l’Aquarium de La Rochelle regagner l’océan.

CARTE. Plage de la Conche des Baleines sur l'Île de Ré

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature