Sur l'île d'Oléron, le dossier "Mac Donald's" n'est toujours pas refermé

La nouvelle municipalité décide de faire appel dans le contentieux qui l'oppose au propriétaire du terrain sur lequel est construit le restaurant. Toutefois, les deux parties pourraient faire des compromis pour clore définitivement la procédure judiciaire.

Un burger quelque peu indigeste... La recette du sandwich est généralement plutôt simple, mais la préparation de celui-là a commencé en 2014, il y a sept ans bientôt. A Dolus, la société Mac Donald’s France décide de construire un restaurant à service rapide dans la zone d’activités de « La Jarrie ». Mais le maire de l'époque, Grégory Gendre goûte peu les subtilités gastronomiques de cette enseigne. Il part donc en guerre contre Ronald et rejette la demande de permis de construire. 

"Réduire la note"

La suite, on la connait. Finalement, le tribunal administratif de Poitiers considèrera qu'il y a eu une résistance abusive de la commune et la condamnera à verser 116 000 euros d'indemnités à la Société Civile Immobilière (SCI) Nicoval, propriétaire du terrain. Le fast-food ouvrira donc ses portes à Noël en 2019 et aux élections municipales l'année suivante, c'est Thibault Brechkoff qui ravira la mairie à Grégory Gendre. On aurait pu penser que le dossier était clos.

Mais, finalement, la nouvelle municipalité a décidé de faire appel. "Nous estimons qu’il y a eu effectivement sur le plan moral un comportement abusif et une démarche idéologique, mais on ne refait pas le passé", explique l'édile insulaire, "ceci dit, nous pensons qu’il y a sur cette procédure des arguments à faire valoir en appel. On a donc fait le choix de poursuivre cette procédure et, en même temps, on garde la porte ouverte à une éventuelle négociation pour réduire la note".

"On est dans le ridicule"

Initialement, les indemnités devaient s'élever à plus de 300 000 euros. Les plaignants considèraient qu'il fallait baser leur calcul à la date du premier refus de permis de construire. Visiblement, la justice, elle-même, trouvait que l'addition était un peu salée alors que, partout en France, les finances des collectivités locales ont largement été obérées par la crise sanitaire. Divisée par trois, la SCI répondait ensuite favorablement à une négociation engagée par la nouvelle municipalité en consentant à un rabais supplémentaire de 25 000 euros. 

"Nous, on n’a rien contre la nouvelle municipalité, bien au contraire", déclare Philippe Villa de la société Nicoval, "ce sont des gens qui supportent l’héritage de la municipalité précédente qui est assez lourd. Mais on considère que si la nouvelle municipalité devait maintenir son appel, ça serait une grosse erreur. De part et d’autre, ça ferait 20 000 euros d’engagés supplémentaires. Aujourd’hui, on est en train de négocier à moins 25 000, si après on doit recharger de 40 000 euros, on est dans le ridicule".

"On n'a pas envie de désavouer le travail des juges"

"C’est une somme qui n’est pas anodine pour nos finances communales", répond Thibault Brechkoff, "il ne faut pas faire de catastrophisme puisque la commune est tout à fait capable de payer 116 000 euros sur un budget de 6 millions d’euros, mais un sou est un sou et on aimerait revoir cette facture-là". Bref, les négociations semblent porter leurs fruits.

"Aujourd’hui on est dans l’apaisement", poursuit Philippe Villa, "on a démontré que le Mac Do, ce n’est pas l’ogre qu’on a bien voulu décrire. Ça fonctionne bien, il joue un rôle social, économique et touristique dans le paysage oléronais indéniable. Ca a créé des emplois comme on le dit depuis le début. Aujourd’hui, il faut que ça rentre dans l’ordre. Les juges ont dit le droit, la mairie a été condamnée à une indemnité, on veut bien revoir l’indemnité à la baisse mais on n’a pas envie de désavouer le travail des juges".

Il faudra donc attendre encore un peu pour voir le dernier épisode du feuilleton "Mac Do" sur l'île d'Oléron. De toute évidence, le burger est bientôt cuit et prêt à être servi. Peut-être la première fois que l'enseigne aura testé la slow food...

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société