Cet article date de plus de 7 ans

L'ex directeur administratif de l'office de tourisme de La Rochelle renvoyé en correctionnelle

A l'occasion d'une conférence de presse tenue ce matin, le Parquet du Tribunal de Grande Instance de La Rochelle a annoncé que l'ancien responsable administratif et comptable de l'office de tourisme de La Rochelle allait être renvoyé devant le tribunal correctionnel. 
Dominique Chevalier, vice-procureure de La Rochelle, a indiqué que des sommes d'argent ont été tracées et identifiées sur le compte personnel d'Olivier Jobit par les policiers spécialisés de l'antenne judiciaire de La Rochelle.

Cet homme de 38 ans, salarié de l'office de tourisme depuis 2005, vient de passer 48 h. en garde à vue et il sera jugé le 17 juillet pour faux, usage de faux et abus de confiance. Les enquêteurs disposent d'éléments qui démontreraient qu'Olivier Jobit a fabriqué des documents inexacts ou mentionnant des informations inexactes et de les avoir transmis à des tiers, banquiers, commissaire aux comptes, membres du conseil d'administration de l'office de tourisme, qui ont ainsi validé des comptes inexacts.

Le parquet n'a pas voulu préciser le montant exact des détournements mais il indique qu'ils ont été commis entre mai 2013 et janvier 2014 pour les plus significatifs, d'autres ayant été relevés dès 2011.

Pendant sa garde à vue lundi et mardi, l'ancien numéro deux de l'office de tourisme, Olivier Jobit, était "plutôt dans la négation des faits" et "dans un processus visant à mettre en cause d'autres personnes", a précisé la vice-procureure. Mais "ses déclarations ne concordent pas avec les investigations", a-elle complété, précisant que les détournements ne recouvrent pas en totalité le passif de l'office tourisme, chiffré à ce jour à 1,2 million d'euros.

"Il y a un faux document comptable mais mon client conteste en être l'auteur", a réagi l'avocat du prévenu, Me François Andouard, chiffrant à 116.521,13 euros le montant des détournements reprochés à l'ancien salarié. "Ce dossier est un scandale", a-t-il dit, dénonçant le "lynchage" d'un "lampiste" et il a annoncé son intention de demander le renvoi du dossier à l'instruction "pour une analyse comptable".

L'office de tourisme de La Rochelle, association qui emploie 26 personnes, a été placé en procédure de sauvegarde le 19 février 2014 suite à la découverte en janvier 2014 d'un trou d'environ 700 000 euros.
"La comptabilité était dans un état de déliquescence extrêmement grave", a indiqué  le président de l'office de tourisme, Pierre Constant, précisant qu'un
"projet de restructuration sociale est actuellement soumis aux représentants du personnel".

La structure, toujours ouverte au public et financée pour 28% par la ville de La Rochelle, saura le 9 juillet si la période d'observation est prolongée par le TGI de La Rochelle ou si elle se dirige vers un redressement judiciaire.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers