La Rochelle : retrour sur un sondage qui crée un suspens pour la prochaine élection municipale

En plaçant Anne-Laure Jaumouillié, la candidate PS, en tête devant le dissident socialiste Jean-François Fountaine, le sondage initié par France 3 Poitou-Charentes, France Bleu La Rochelle et Sud-Ouest a créé la surprise. Retour sur une élection où rien n'est joué.

Débat entre Anne-Laure Jaumouillié et Hean-François Fountaine le 21/11/2013
Débat entre Anne-Laure Jaumouillié et Hean-François Fountaine le 21/11/2013 © AFP ImageForum
La tête de liste PS-PC-divers gauche pour l'élection municipale à La Rochelle, la socialiste Anne-Laure Jaumouillié, l'emporterait de peu face au dissident exclu du PS, Jean-François Fountaine, la droite étant largement distancée, selon un sondage diffusé jeudi par Ipsos/Steria.

L'enquête, réalisée pour France 3 Poitou-Charentes, France Bleu La Rochelle et Sud Ouest, montre que la gauche, qui totalise près de 70% des intentions de vote au premier tour, devrait conserver sans problème une ville qu'elle dirige depuis 1971.

Comme en 2001 et 2008, la droite parlementaire ne convainc pour l'instant qu'un électeur sur quatre, avec la liste UMP-UDI conduite par Dominique Morvant, créditée de 19% d'intentions de vote au 1er tour. Le Front national (FN, extrême droite) recueillerait 7% des suffrages et le MoDem 4%. Mais, jeudi, après la réalisation du sondage, le candidat centriste, Arnaud Jaulin, a annoncé la fusion de la liste MoDem avec celle de Jean-François Fountaine qui a placé trois candidats centristes en position éligible.

Un duel serré est attendu entre le vainqueur de la primaire socialiste, Anne-Laure Jaumouillié, créditée de 28% d'intentions de vote au premier tour, contre 26% pour le dissident PS, Jean-François Fountaine. Au second tour, la liste Jaumouillié bénéficie du report de voix de la majorité des électeurs des listes Front de Gauche (6%) et EELV (7%) pour accentuer son avance: elle est créditée de 39% contre 34% à la liste Fountaine et 27% à la liste UMP-UDI.

Pour autant rien n'est joué, note Ipsos, pour lequel l'opposition entre les deux listes de gauche rappelle la législative 2012, où Ségolène Royal, en tête au premier tour, avait finalement été largement battue par le dissident Olivier Falorni, qui obtenait 63% des suffrages au second tour grâce à l'apport d'une partie des voix de droite et après un tweet ravageur en sa faveur de Valérie Trierweiler, alors la compagne du président François Hollande.

Anne-Laure Jaumouillié a pour elle la légitimité de sa victoire à la primaire et le soutien du maire sortant, Maxime Bono, d'autant plus précieux que les Rochelais le créditent d'un bon bilan (71% de satisfaction) à l'issue de plus de 14 années de mandat et qui, à 66 ans, a décidé de ne pas se représenter.

Jean-François Fountaine, qui présidait d'ailleurs le comité de soutien d'Olivier Falorni en 2012, bénéficie quant à lui d'une base électorale un peu plus large, avec l'appui d'une partie non négligeable de l'électorat de droite.

Au final, note Ipsos, l'élection peut s'avérer beaucoup plus incertaine que ne le laisse supposer cette enquête d'opinion.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique