Cet article date de plus de 4 ans

Les gendarmes de Saint-Jean-d'Angely rendent hommage à leur ancien collègue Xavier Jugelé

Xavier Jugelé a été tué jeudi dernier de deux balles dans la tête par Karim Cheurfi lors de l'attaque terroriste des Champs-Elysées. Un hommage national lui a été rendu ce matin à Paris par François Hollande, tout comme à Saint-Jean-d'Angély où il fut gendarme volontaire pendant 5 ans.
Hommage à Xavier Jugelé ce matin à la caserne de gendarmerie de Saint-Jean d'Angély où il a été affecté pendant 5 ans.
Hommage à Xavier Jugelé ce matin à la caserne de gendarmerie de Saint-Jean d'Angély où il a été affecté pendant 5 ans. © France 3 Poitou-Charentes / D. Laveau
L'émotion était réelle ce matin à la caserne de gendarmerie de Saint-Jean-d'Angély en Charente-Maritime où un hommage a été rendu à 11 heures ce matin à Xavier Jugelé.

durée de la vidéo: 01 min 57
Saint-Jean d'Angély (17) : Hommage à Xavier Jugelé


Il  avait commencé là son engagement pour la sécurité de ses concitoyens, gendarme volontaire entre 2005 et 2010. De nombreux anciens ont pris contact avec les officiers en poste pour témoigner de leur soutien à ceux qui ont connu ce capitaine de police décédé à l'âge de 37 ans. Des élus voulaient également s'associer à l'hommage, mais devoir de réserve lié à la campagne électorale oblige, cela n'a pas été possible.

Une délégation de six gendarmes a pu se rendre à l'hommage national à la Préfecture de la Police de Paris. A l'occasion de cette cérémonie, Xavier Jugelé a été élevé au rang de capitaine et fait chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume. 


"Vous n'aurez pas ma haine"


Dans un discours très émouvant, son compagnon Etienne Cardilhes a expliqué : "Vous n'aurez pas ma haine" empruntant les mots d'Antoine Leiris, dont l'épouse a été tuée lors des attentats du 13 Novembre. "Cette haine, Xavier, je ne l'ai pas parce qu'elle ne te ressemble pas. Parce qu'elle ne correspond en rien à ce qui faisait battre ton coeur, ni à ce qui avait fait de toi un gendarme, puis un gardien de la paix. Parce que l'intérêt général, le service des autres et la protection de tous faisaient partie de ton éducation et de tes convictions.  Et que la tolérance, le dialogue et la tempérance étaient tes meilleures armes."

Vous pouvez revoir ce discours en intégralité, ainsi que celui du président de la République sur le site Franceinfo.


Un hommage partagé à travers la région


Une minute de silence étaient également organisée dans de nombreuses préfectures de la région, ainsi qu'à Bordeaux en présence du préfet de Nouvelle-Aquitaine Pierre Dartout, et au commissariat de police de Limoges

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
hommage société terrorisme faits divers police