Un juré d'assises de Saintes retrouvé mort à son domicile avec une barre de métal dans le thorax

© Maxppp
© Maxppp

Un homme de 56 ans, juré d'assises à Saintes, a été retrouvé mort mardi matin dans son garage à Floirac dans le sud de la Charente-Maritime. Il avait une barre métallique plantée dans le thorax. Il a été découvert par une patrouille de la gendarmerie de Jonzac.

Par C.H

Tué par une machine à éliminer les taupes

Actualisé à 17h30
Le procureur de Saintes, Nicolas Septe, indique ce soir que les conclusions de l'autopsie laissent à penser qu ele décès est intervenu après la manipulation d'une machine à tuer les taupes fonctionnant avec des cartouches que le quinquagénaire avait fabriquée lui-même. De la bourre de cartouche et des plombs ont été retrouvés danns le corps. Pour le parquet de Saintes, l'hypothèse d'une mort accidentelle ou volontaire est privilégiée mais une expertise balistique complémentaire a été demandée. Cependant, "rien ne laisse à penser, à ce niveau des investigations, une intervention extérieure" précise Nicolas Septe.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le quinquagénaire, entrepreneur en maçonnerie, devait se présenter lundi à la révision de la liste de la cour d'assises de Saintes. "Il avait appelé pour signaler qu'il serait en retard car il devait changer un pneu de sa voiture qui était crevé," explique le procureur de Saintes. L'homme ne s'est jamais rendu au tribunal. Le parquet de Saintes a alors ouvert une enquête pour disparition inquétante et mandaté une équipe de la gendarmerie de Jonzac pour se rendre à son domicile. Les gendarmes ont découvert le corps étendu dans le garage avec une tige métallique plantée dans le thorax.
Une enquête est ouverte par le parquet de Saintes pour déterminer les causes de la mort. Elle est confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Jonzac et la communauté de brigade de Mirambeau. Pour l'heure, aucune piste, accidentelle ou criminelle, n'est privilégiée ou écartée. Les techniciens de l'identification criminelle se sont rendus sur place et une autopsie est en cours à Poitiers. Les conclusions devraient être connues en fin de journée ou demain matin.




Sur le même sujet

Foie gras : pas de hausse des importations en 2017

Près de chez vous

Les + Lus