• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

La Rochelle PS : Cambadélis tente de calmer les tensions

Le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis. / © Matthieu de Martignac/maxppp
Le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis. / © Matthieu de Martignac/maxppp

Les travaux de l'université d'été du PS se sont ouverts vendredi après-midi à La Rochelle, dans un climat marqué par les propos contestés du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, sur les 35 heures et le départ de Jean-Vincent Placé et François de Rugy d'EELV.

Par D.L. avec AFP

Le Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, s'est employé toutefois, dans le sillage du Premier ministre, Manuel Valls, à déminer la polémique suscitée par les déclarations du ministre de l'Economie. 

"L'incident est clos", a-t-il balayé lors d'une conférence de presse peu avant l'ouverture des travaux.
Le Premier secrétaire a cependant indiqué qu'il rencontrerait Emmanuel Macron la semaine prochaine, déplorant de ne pas avoir eu l'occasion de le rencontrer à plusieurs reprises depuis son arrivée au ministère de l'Economie.

Le ministre de l'Economie, qui n'a pas sa carte du PS, a déclenché l'ire d'une partie de son camp en affirmant jeudi devant le patronat que le PS avait pu avoir de "fausses idées" en croyant par exemple que "la France pourrait aller mieux, en travaillant moins".

Manuel Valls a réagi vivement vendredi en affirmant qu'il n'y aurait pas de "remise en cause du temps légal de travail et des 35 heures", ajoutant que les "petites phrases" faisaient "mal à la vie publique".

"Le Premier ministre a mis les pendules à l'heure", a commenté M. Cambadélis. 

La démission des deux chefs écologistes au Parlement, François de Rugy et Jean-Vincent Placé, était très présente aussi dans les esprits à La Rochelle. Là aussi, le Premier secrétaire du PS a été prudent, tendant la main à tous les écologistes souhaitant rejoindre "la Belle Alliance" des forces de gauche qu'il appelle de ses voeux dans la perspective de 2017.

Jean-Christophe Cambadélis a déploré cependant qu'EELV ait décidé, dans plusieurs régions, de "faire alliance avec le Parti de gauche" qui estime "maintenant (...) qu'il n'est plus possible d'appeler à voter pour le deuxième tour pour le candidat le mieux placé,
 quand c'est le candidat socialiste". Jean-Christophe Cambadélis y voit là "la raison profonde" de la démission de MM. Placé et de Rugy.

La conférence mondiale sur le Climat, en décembre à Paris, constitue l'un des thèmes centraux affichés de cette université d'été qui se tient aussi à quelques mois des régionales et à moins de deux ans de la présidentielle.

Manuel Valls doit lui prendre la parole dimanche à La Rochelle, en clôture de l'évènement.

Sur le même sujet

Convention Education nationale - Seaska

Les + Lus