La municipalité de Saint-Jean-d'Angély relance le projet de thermalisme

Publié le Mis à jour le

Une station thermale pourrait voir le jour en 2023 à Saint-Jean-d'Angély (Charente-Maritime). Ce projet, dans les cartons depuis plus de 20 ans, est soutenu par l'actuelle municipalité qui mise sur le thermalisme pour redynamiser le territoire.

Des cures thermales au centre de Saint-Jean-d'Angély, l'idée n'est pas nouvelle, cela fait même plus de vingt ans que le concept intéresse les élus.
Au gré des municipalités, le thermalisme a suscité plus ou moins d'intérêt.
Il avait d'ailleurs été abandonné en 2009 par le maire Paul-Henri Denieuil (divers droite) alors que plus d'un million d'euros avaient déjà été investis par la municipalité précédente.

En 2015, Françoise Mesnard, maire socialiste s'empare à nouveau de l'idée.

Cette semaine, le PDG de ValVital, porteur du projet était à Saint-Jean-d'Angély. Le numéro deux du thermalisme en France a annoncé que le centre de cure pourrait voir le jour en 2023. 

"L'essentiel du marché du thermalisme, c'est la rhumatologie. On reçoit 600 000 curistes en France chaque année, 85% en rhumatologie. Et l'eau de Saint-Jean-d'Angely est parfaitement adaptée à cette orientation" estime Bernard Riac, le PDG de ValVital.

L'idée est de transformer la friche militaire de l’ancienne caserne Voyer en centre de cures. L’investissement s’élève à 14,5 millions d’euros. Le projet pourrait générer 50 emplois directs.

Pour Françoise Mesnard, ce serait une bouffée d’oxygène pour un territoire, économiquement sinistré, notamment depuis la fermeture des Comptoirs du biscuit.

"Cette future station thermale va être au coeur de ville, idéal pour les curistes qui veulent profiter du commerce, pas besoin de prendre leur véhicule", explique la maire de la commune qui estime que le jour est historique pour Saint-Jean-d'Angély car elle s'était engagée à promouvoir ce projet ainsi que celui d'une biscuiterie bio.

A Saint-Jean-d'Angély, la source a été découverte en 1997. Le forage plonge à 975 mètres de profondeur pour aller chercher l’eau dont les vertus thérapeutiques ont été reconnues en gynécologie et en pédiatrie.
L’eau jaillit naturellement à une température de 42°.

La vente de la caserne, dont le montant n'est pas encore annoncé, sera soumise au vote du conseil municipal le 29 mars.

Regardez ce reportage de Clément Massé, Philippe Roy et Josiane Etienne.
Intervenants : Jean-Christophe Popinot, co-gérant E-Wi telecom ; Françoise Mesnard, maire de Saint-Jean d'Angely ; Bernard Riac, PDG de  ValVital.
durée de la vidéo: 01 min 40
Françoise Mesnard relance le thermalisme