Transat Jacques Vabre, Mini Transat et tour du monde de François Gabart : on s’y perd un peu non ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par C. Roland, avec AFP
Départ de la Transat Jacques Vabre le 5 novembre dernier au Havre
Départ de la Transat Jacques Vabre le 5 novembre dernier au Havre © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Trois challenges ou compétitions se côtoient actuellement en mer, plus précisément dans l’Atlantique : la Transat Jacques Vabre partie samedi, la Mini Transat re-partie mercredi 1er novembre et la tentative de tour du monde de François Gabart, parti lui-aussi samedi. Ca méritait un éclairage.

En ce moment, nous vous parlons de Transat Jacques Vabre, de Mini-Transat et de François Gabart qui a pris la mer, pour un défi qui ne concerne ni la première ni la deuxième course. Pour les non-initiés, une petite clarification peut être utile.

Qu’est-ce que la Transat Jacques Vabre ?

C'est le dernier départ en date. Une flotte de 37 bateaux a pris le départ dimanche dernier au Havre, à destination du Brésil pour la 13e édition de cette course en double. Les bateaux sont répartis sur quatre catégories : 2 catégories multicoques (Ultime et Multi50) et 2 catégories monocoques (Imoca et Class40).
Les premiers à arriver à Salvador de Bahia seront les Ultimes et le grand favori est le tout nouveau bateau 'volant' Maxi Edmond de Rothschild, skippé par Sébastien Josse avec Thomas Rouxel. Selon les dernières estimations, il pourrait toucher le but dans moins de 8 jours. Il aura pour principal rival Thomas Coville, associé à Jean-Luc Nélias (Sodebo Ultim'). Autres bateaux vedettes, les Imoca font leur rentrée après le Vendée Globe 2016/2017.

Qu’est-ce que la Mini-Transat ?

La Mini Transat se joue sur des petits voiliers de 6,50 m et sans aucun moyen de communication autorisé avec la terre. Une première étape a permis aux navigateurs de relier La Rochelle (départ 1er octobre) à Las Palmas de Gran Canaria (arrivée le 11 octobre).
La course a ensuite repris le 1er novembre avec un départ des Canaries pour sa destination finale, Le Marin (Martinique). L'arrivée de l'autre côté de l'Atlantique devrait se faire mi-novembre. Les participants à la Mini-Transat, pros et amateurs, se répartissent en deux catégories: les prototypes et les bateaux de série, moins extrêmes et donc plus lents.

► Pour suivre la Mini Transat, suivez ce lien vers le site officiel de la course 

Dans cette course, nous avons plus particulièrement le Charentais-Maritime Arthur Léopold-Léger. Arrivé deuxième de la première partie de course, il a heurté un cétacé et a été contraint de faire escale au Cap Vert pour réparer son safran.

Et François Gabart dans tout ça ?

Le Charentais s'est élancé samedi après-midi pour un tour du monde en solitaire sur son trimaran Macif. François Gabart va tenter de battre le record du tour du monde en solitaire en multicoque, record actuellement détenu par Thomas Coville depuis décembre 2016 en 49 jours 03heures et 04 minutes. "Vu le chrono (de Coville), il est peu probable que je le batte mais il y a un espoir et je m'accroche à ça. Je vais tout faire pour", a expliqué Gabart à l'AFP avant son départ. Pour réussir son défi, le marin de 34 ans doit arriver avant le 23 décembre à 12h09 GMT.
"C'est un truc tout bête mais j'en rêve. Depuis trois, quatre mois, régulièrement je rêve de ce tour du monde", a-t-il raconté.
C'est seulement la deuxième fois que Gabart part faire le tour du monde en solitaire, et il s'agit d'une grande première pour lui sur un trimaran. Il n'a fait le tour du globe qu'une seule fois, lors de sa victoire sur le Vendée Globe en 2012/2013.

► Pour suivre la tentative de record du tour du monde de François Gabart, suivez-le 24/24, 7/7 grâce au site Francetvsports


Et si vous aimez la voile, ne manquez pas la page que nous lui consacrons sur le site de France 3 Nouvelle-Aquitaine


 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.