• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Chasse aux oies : plus d'un millier de chasseurs en colère à Rochefort

© Eric Vallet
© Eric Vallet

Cet après-midi à 14 heures, plus d'un millier de chasseurs ont manifesté à Rochefort contre l'interdiction de la chasse aux oies en février. Un rassemblement organisé avec les soutiens politiques du Front national et de Chasse Pêche Nature et Tradition 

Par Christina Chiron

Plus de 1000 chasseurs se sont réunis cet après-midi à 14 heures pour manifester à Rochefort, esplanade Jean-Louis Frot. Pas de défilé en ville, mais un rassemblement situé à un kilomètre à peine de la Ligue pour la Protection des Oiseaux, avec interdiction d'approcher les locaux.

Le face à face a été tendu entre les manifestants et les forces de l'ordre en présence. 300 CRS, 200 policiers et des canons en renfort auront finalement eu raison des esprits les plus chauds.

© Eric Vallet
© Eric Vallet


Point de départ de cette manifestation, l'interdiction de la chasse aux oies cendrées en février, appliquée par le ministère de la Transition écologique. Alors que tous les ans, les ministres des gouvernements successifs accordaient quelques jours supplémentaires début février, cette année, Nicolas Hulot s'en est tenu à la directive européenne "oiseaux". Pour la première fois, les chasseurs n'ont pas obtenu de délai supplémentaire pour chasser ce gibier d'eau. La clôture a été fixée au 31 janvier, à minuit.

Une rencontre avec Nicolas Hulot


Une décision prise au cours d'une rencontre entre le ministre de la Transition écologique et solidaire et le président de la Fédération nationale des chasseurs Willy Schraen en décembre dernier, dans un contexte de réforme de l'organisation de la chasse. Au cours de cet échange,
Willy Schraen souhaitait obtenir une autorisation de tirer 5000 oies maximum en février, dans le cadre du futur plan de gestion européen (actuellement à l'étude). En échange de cette entorse, Nicolas Hulot aurait alors proposé des restrictions de chasse sur d'autres espèces. Inacceptable pour le président des chasseurs, qui explique dans un communiqué :

cette rencontre ministérielle m’a laissée un goût très amer dans la bouche pour ne pas dire plus. Jamais je n’aurai pu imaginer me retrouver face à un vrai militant anti-chasse en lieu et place du ministre d’Etat en charge de la Transition écologique 


De quoi provoquer la colère des chasseurs, mobilisés sur tout le territoire ces derniers jours.

Le récit d'Eric Vallet et Pierre Lahaye
Intervenants : 
Ludovic Pinson, chasseur gibier d'eau en Loire Atlantique, Jean-Francis Séguy
Président groupement des associations de sauvaginiers de Nouvelle Aquitaine et 
Cédric Petit, chasseur à La Tonne à Marennes


Sur le terrain, les forces de l'ordre vérifient que l'interdiction de chasser est bien respectée. Comme en Gironde dans la région de Blaye.

Récit Patricia Périn
Intervenants : Luc Gueugneau, Inspecteur de l'environement
Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, Jean-Francis Séguy, Président groupement des associations de sauvaginiers de Nouvelle Aquitaine


 

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus