Cet article date de plus de 4 ans

Charente-Maritime : La République en Marche désinvestit Christian Gerin dans la 5è circonscription

Suspendu peu après son investiture pour des tweets à connotation antisioniste, Christian Gerin ne pourra pas se présenter sous la bannière La République En Marche. Décision du comité d'éthique du mouvement d'Emmanuel Macron.
Christian Gerin mène campagne dans la 5ème circonscription de Charente-Maritime aux côtés de sa suppléante Marie-Noelle Groch.
Christian Gerin mène campagne dans la 5ème circonscription de Charente-Maritime aux côtés de sa suppléante Marie-Noelle Groch. © C. Chiron, FTV
Le parti d'Emmanuel Macron avait mis son investiture en suspens le 12 mai dernier ; le comité d'éthique vient de statuer. Christian Gerin n'est plus le candidat de La République En Marche dans la 5ème circonscription de Charente-Maritime. 

La violence de ses propos ne correspond pas aux valeurs de notre mouvement ; nous lui avons donc retiré l'investiture


précise le service presse du mouvement En Marche!.

"Je ne suis pas antisémite" 

Ce que le parti lui reproche, ce sont des propos à connotation antisioniste affichés sur son compte Twitter.
Christian Gerin y dénonce notamment la présence en février dernier d'Emmanuel Macron, François Fillon, Benoît Hamon et François Hollande, au dîner annuel du CRIF, le Conseil représentatif des institutions juives de France.
Interrogé sur ces positions, le producteur de télévision assume. Joint par téléphone, Christian Gerin explique : "Mon hostilité est dirigée contre la politique menée par Israël aujourd'hui." Il réfute en revanche avec véhémence toute accusation d'antisémistisme.

Je n'accepte pas que l'on puisse me taxer d'être antisémite. C'est absolument faux

ajoute-t-il, précisant qu'il n'exclue pas de porter plainte contre les auteurs de ces accusations injustifiées qu'il qualifie de "boules puantes" électorales.

Par ailleurs, après avoir pris connaissance de la position de LREM, Christian Gerin a expliqué dans un mail parvenu mercredi soir "prendre acte" : l'important pour moi est d'être lavé de tout soupçon par la Commission d'Ethique de notre Mouvement ce qui a été fait [hier] matin. Je ne corrigerai qu'un mot. Je n'ai jamais proféré de propos violents sur Israël mais sur la politique actuelle du gouvernement actuel de l'Etat d'Israël."

La LICRA saisie

Partie prenante dans cette affaire, la LICRA a demandé à ses avocats de plancher sur le dossier. "Si nos avocats trouvent quelque chose de pénalement répréhensible, nous alerterons la justice" précise Stéphane Nivet, le directeur de la communication de la Ligue contre le racisme et l'antisémistisme. La commission juridique ne s'est pas encore réunie. 

Informée par des signalements d'internautes, la ligue avait demandé le retrait de Christian Gerin de la liste des candidats investis pour ces élections. Par le biais d'un communiqué, elle avait alors dénoncé des positions "à la connotation antisémite (..) explicite".
© C. Chiron, FTV

Confusion électorale

En attendant, la campagne électorale se poursuit. Le week-end dernier, Christian Gerin a lancé la sienne, revendiquant le soutien du comité départemental d'En Marche!.  Sur ses affiches et sur ses réseaux sociaux, figurent une photo d'Emmanuel Macron et la mention "Soutien au Président de la République". Cet habile habillage n'a encore suscité aucune réaction officielle du mouvement. Un communiqué est attendu dans la journée.

Pour compliquer encore le tableau, un candidat du MoDem se prévaut également de l'étiquette majorité présidentielle, en vertu de l'alliance Macron / Bayrou. Gérard Potennec fait tandem avec Laura Durand-Tenailleau, qui elle revendique l'étiquette LREM. Pas certain que les électeurs s'y retrouvent. 









Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections législatives politique élections