Dampierre-sur-Boutonne : sélection des chevaux de traits poitevins pour le salon de l’agriculture

Beaucoup moins connus que les Baudets du Poitou, les chevaux de traits poitevins font aussi parti du patrimoine de la région. / © Louis Claveau - France Télévisions
Beaucoup moins connus que les Baudets du Poitou, les chevaux de traits poitevins font aussi parti du patrimoine de la région. / © Louis Claveau - France Télévisions

Ils se font voler la vedette par le Baudet du Poitou, mais ils sont bien à l'honneur ce weekend au concours de Dampierre-sur-Boutonne. Les chevaux de traits poitevins défilent devant un jury pour connaître ceux qui représenteront la région au salon international de l’agriculture à Paris.

Par Valériane Gouban

Vous connaissez les Baudets du Poitou ou encore les mules poitevines, mais peut-être pas les chevaux de traits poitevins. Pourtant, ils font eux aussi parti du patrimoine de la région. Ce week-end, un concours national de races mulassières locales était organisé à Dampierre-sur-Boutonne pour trouver les futurs participants au salon de l’agriculture.

Les critères de sélection sont nombreux et pour commencer le jury examine leur morphologie. Le cheval de trait poitevin a des caractéristiques qui lui sont propres comme l’explique David Rivault, un éleveur.

Le cheval de trait du Poitou ont le reconnait à sa taille, la longueur de sa tête, à ses membres avec du poil et ses nombreux crins. L’une de ses caractéristiques c’est aussi la raie de mulet sur ses vertèbres.
- David Rivault, un éleveur

Si cette race fait partie du patrimoine de la région c’est parce qu’autrefois, les chevaux de traits poitevins étaient présents dans beaucoup de champs de la région.

Une race en voie de disparition

Aujourd’hui devenue moins indispensable avec le développement de la mécanique agricole, cette race est en voie de disparition. En France, on compte seulement 200 chevaux de traits poitevins et 60 naissances par an.

La faute à un nombre insuffisant d’éleveurs. Si ce cheval n’attire pas, c’est en partie parce qu’il n’est pas rentable. Aujourd’hui, la race survie uniquement grâce à la passion de 6 familles qui continuent à élever ces chevaux.  

Dressage, maniabilité, après une dizaine d'épreuves le concours de Dampierre-sur-Boutonne va rendre son verdict. Au final, seuls 7 cheveux seront choisis pour porter les couleurs du Poitou au salon international de l'agriculture à Paris.

Sur le même sujet

Les + Lus