St-Martin-de-Ré, antichambre des bagnes

Le Musée Ernest Cognacq de l'île de Ré propose une plongée au coeur d'un pan de l'histoire sombre de l'île : l’époque des bagnes coloniaux qui a marqué les mémoires. Les prisonniers conduits vers les bateaux partant pour le bagne passaient sous les fenêtres des habitants de St-Martin-de-Ré.

Après la fermeture des bagnes de Toulon, Brest et Rochefort, des bagnes sont ouverts à Cayenne, St-Laurent-du-Maroni et aux îles du Salut. A partir de 1873, la citadelle de St-Martin-de-Ré accueillent tous les prisonniers condamnés au bagne dans l'attente d'un départ.
De 1 à 4 fois par an, un bateau part avec 700 bagnards entassés à son bord. Leur départ est considéré à l'époque comme un spectacle, le public se massant aux abords du cortège malgré les arrêtés municipaux l'interdisant.

Cette exposition raconte l'histoire des bagnes et la vie quotidienne dans la citadelle rétaise. Des objets ou des oeuvres d'art fabriqués par les prisonniers sont exposés, "la camelote" qui permettait aux bagnards d'obtenir un peu d'argent en les vendant.

Présentation de l'exposition avec le reportage de Pierre Lahaye, Didier Gomez et Maud Coudrin. Intervenants : Christelle Rivalland
Régisseur des collections musée Ernest-Cognacq.

durée de la vidéo: 01 min 45
St-Martin-de-Ré, antichambre du bagne





Poursuivre votre lecture sur ces sujets
expositions histoire