Enlèvement et séquestration d'une collégienne à Royan : un homme de 37 ans mis en examen

Publié le Mis à jour le

Le suspect qui avait été placé en garde à vue mardi suite à l'enlèvement d'une fillette de 11 ans scolarisée au collège Emile-Zola à Royan a été mis en examen pour enlèvement et séquestration, administration de substances nuisibles et détention d'images pédopornographiques.
 

Le suspect qui avait été placé en garde à vue mardi suite à l'enlèvement d'une collégienne à Royan, a été mis en examen ce vendredi
  • pour enlèvement et séquestration de plusieurs personnes,
  • administration de substances nuisibles sur mineur de 15,
  • détention d'images pédopornographiques

Un autre enlèvement le 26 août à Saint-Palais-sur-Mer

Selon le parquet de Saintes, le suspect a été placé en détention provisoire après avoir été présenté dans la nuit de jeudi à vendredi à un juge d'instruction suite aux investigations menées par la police judiciaire sur la base du témoignage de la victime enlevée le 10 septembre.
Il s'agit d'un habitant du pays royannais qui est également poursuivi pour un autre enlèvement d'adolescente, le 26 août sur une plage de Saint-Palais-sur-Mer. 
Les enquêteurs ont retrouvé des images à caractère pédo-pornographique lors d'une perquisition effectuée à son domicile.

Ce mercredi Nicolas Septe, le procureur de Saintes nous indiquait que"L'enquête avançait de manière très significative avec de bons espoirs de résolution".

Libérée par son raviseur

L'enlèvement avait été signalé par la mère de la fillette de 11 ans le jeudi 10 septembre. "Je me suis moi même rendu sur place car l'enlèvement était évident au regard des premières constatations" détaille le procureur de Saintes.
Il n'y a pas eu de témoins direct de l'enlèvement mais selon la collégienne, "elle a été enlevée vers 17 heures, elle est revenue chez elle vers 22 heures très choquée et sans doute sédatée mais elle n'aurait pas été victime de violences directes. Elle a été libérée volontairement par son ravisseur qui l'a reconduite à proximité de chez elle" relate Nicolas Septe. La collégienne qui se prénomme Aïnora, aurait été séquestrée dans un immeuble probablement localisé à Royan, qui devrait faire l'objet d'une perquisition dans le cadre de la garde à vue en cours.