Un couple de Saintes (17) demande l'arrêt des soins de son bébé prématuré

Publié le Mis à jour le
Écrit par Bernard Dussol
© AFP ForumImages

Un mail envoyé à l'ensemble de la presse a révélé la démarche faite par un couple de Saintongeais qui demande au CHU de Poitiers d'interrompre les soins sur leur bébé prématuré en évoquant "un acharnement thérapeutique".

Nous trouvons aberrant qu'on ne nous ne demande pas notre position face à cette décision médicale."
La mère de Titouan.


C'était leur premier enfant mais la grossesse ne s'est pas déroulée normalement et la maman, Mélanie, a accouché d'un grand prématuré qui pesait moins de 900 grammes le 31 août dernier. Réanimé par des médecins à Saintes, Titouan est admis dans la foulée au CHU de Poitiers où il est maintenu en vie par une assistance médicale lourde.

L'équipe médicale a averti les parents que leur enfant avait subi une hémorragie cérébrale sévère, de grade 4 dans un lobe du cerveau et de grade 2 dans l'autre. Conséquence prévisible : de graves séquelles qui pourront engendrer un handicap lourd ou moyen pour l'enfant.

Nous ne voulons pas d'une vie de handicap pour notre fils"
Les parents de Titouan.

 Le couple a envoyé une lettre ouverte à l'ensemble de la presse du Poitou-Charentes, Les parents ont aussi demandé à l'hôpital de pouvoir récupérer le dossier médical de leur enfant et ils vont demander l'assistance d'un avocat.

Du côté du CHU de Poitiers, on indique que le service de néonatolgie où est soigné Titouan a demandé l'avis d'un comité d'éthique de l'hôpital de Clamart (92). De fait, cette situation ne peut pas être réglée uniquement sur un plan médical mais aussi en tenant compte de l'éthique des praticiens.

La mère de Titouan sera aujourd'hui à Poitiers pour rencontrer léquipe en charge de son fils : la situation devrait donc évoluer.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.