Cet article date de plus de 6 ans

La rue de Basseau bloquée par les riverains à Angoulême

Les habitants de la rue de Basseau à Angoulême vont manifester leur colère et leur exaspération en bloquant la rue pendant une demi-heure cet après-midi.
C'est la nuit souvent que les riverains entendent les voitures passer à des vitesses folles dans la rue. Un véritable gymkhana à bien plus les 50 kilomètres heure autorisés. Dans la journée c'est un peu la même chose avec les piétons et la vie de la rue en plus. Le 20 septembre dernier un retraité de 65 ans a été percuté par un chauffard, il a été projeté à 40 mètres sous la violence du choc et n'a pas survécu. Un temps en fuite, le conducteur de la voiture, un homme habitant le quartier âgé de 29 ans a été interpellé, il était connu de la justice et de la police notamment pour des faits de violences routières.

La rue bloquée entre 16h30 et 17h

Mais cet accident n'est que le dernier d'une liste que les habitants trouvent beaucoup trop longue, des dommages corporels des dégâts sur les voitures et surtout l'impression de ne pas être en sécurité. Une riveraine explique qu'il est parfois impossible de traverser dans les passages piétons avec des enfants, les voitures ne s'arrêtent pas et  il faut courir pour traverser la rue. Autant dire que les personnes qui ont du mal à se déplacer ne s'y risquent pas.
Les riverains vont donc bloquer la rue pendant une demi-heure, ils ont informé la marie et les services de police. Ils en profiteront pour présenter la pétition qu'ils font circuler et qui a déjà récolté plus de 700 signatures. Et ils vont redemander des aménagements de la rue pour faire baisser la vitesse. Des contrôles radar ne sont pas suffisants selon eux, c'est la chaussée qu'il faut revoir. Le maire de la Ville semble avoir déjà entendu cette colère et se montre déterminé à faire bouger les choses. Dans un point presse à midi, il a annoncé l'installation de chicanes de stationnement et d'îlots  centraux sur la chaussée. 
 Voyez le reportage lors de la manifestation cet après midi de Jérôme Deboeuf, Cécile Landais et Josiane Étienne
Manisfestation rue de Basseau à Angoulême

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers