Les Pins : un village sous le choc après la découverte du corps en partie calciné d'une septuagénaire

La victime âgée de 76 ans a été découverte morte dans son poulailler vendredi matin dans un hameau des Pins (Charente), son corps partiellement brulé. Des auditions sont en cours mais aucun suspect n'a encore été interpellé. Les habitants sont abasourdis.

Les volets de la maison de la victime située aux PIns (Charente) ont été soigneusement sciés et partiellement noircis par la fumée.
Les volets de la maison de la victime située aux PIns (Charente) ont été soigneusement sciés et partiellement noircis par la fumée. © Liane Courté, France Télévisions

Le corps sans vie et partiellement brûlé d'une habitante du village des Pins (Charente) a été retrouvé le vendredi 7 mai au matin dans le poulailler tout proche de sa maison.

Selon nos confrères de Charente Libre qui ont révélé l'information, c'est le frère d'un voisin qui aurait fait la macabre découverte après avoir constaté des traces de fumée autour des volets de la porte d'entrée de la maison, soigneusement sciés. La victime âgée de 76 ans vivait seule dans un hameau constitué d'une douzaine de maisons. 

© Liane Courté, France Télévisions

"Une très bonne voisine"

Dans le village des Pins, Arlette Mohar était très connue.  Le maire Didier Sellier la décrit comme "incontournable" et appréciée de tous. "Dès qu'on avait besoin de petites mains dans la commune, elle était toujours la première à venir nous aider" raconte-t-il, évoquant un acte "odieux".

Sur place, le choc et l'incompréhension sont immenses. "C'était une très bonne voisine, très serviable" raconte, très ému, l'un de ses voisins. "On se demande qui a fait ça" s'interroge Stéphane Gauthier. 

On n'arrive pas à comprendre qu'il puisse de passer de tels faits dans une commune aussi tranquille.

- Didier Sellier, maire des Pins

Les habitants des Pins sont abasourdis depuis la découverte du corps d'Arlette Mohar

Pas de trace de cambriolage

Une enquête pour meurtre est en cours, elle a été confiée aux gendarmes de Confolens et à la section de recherches de Poitiers. Selon le parquet d'Angoulême, aucune trace de cambriolage n'a été relevée sur place; la maison n'aurait pas non plus été fouillée.

Des auditions sont en cours mais aucun suspect n'a été interpellé pour l'heure. Le corps de la victime sera autopsié ce lundi 10 mai à l'institut médical de Poitiers, pour tenter d'éclaircir les circonstances de son décès. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société