• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Un site paléontologique de renommée européenne en Charente

© FTV
© FTV

À Angeac, c'est le début de la neuvième saison de fouilles paléontologique. Célèbre et réputé par ses découvertes d'ossements qui datent de 145 millions d'années, le site accueille chaque année de jeunes étudiants mais aussi des chercheurs scientifiques étrangers. 

Par Yleanna Robert

Ils sont 40 fouilleurs et parmi eux, on trouve des scientifiques de renoms. Comme Rafael Royo Torres qui travaille dans l'un des plus grands centre d'étude des dinosaures en Espagne. Il est spécialiste des sauropodes au parc DinoPolis : 
 

J'étudie un sauropode géant qui s'appelle le turiasaurus qui a été décrit en particulier en Espagne. L'intérêt c'est qu'ici il y aurait un parent, un cousin éloigné. C'est donc très intéressant pour moi de venir étudier l'évolution de toute cette famille du jurassique supérieur au crétacé inferieur ici à Angeac. 


Juste à côté lui, il y a Martin Qvarnström. Il est spécialiste des coprolithes, c'est-à-dire l'étude des excréments fossilisés. Pour le jeune homme, Angeac est un véritable terrain de jeu scientifique :
 

C'est un site qui regroupe toute une chaîne trophique donc l'ensemble des animaux depuis les prédateurs jusqu'à la nourriture. Du coup, c'est très intéressant de pouvoir étudier une faune dans son entier. 

 
Un site paléontologique de renommée européenne en Charente
Un reportage de Bruno Pillet, Cécile Landais et Josianne Etienne avec les interviews de Rafael Royo Torres, spécialiste des Sauropodes au parc DinoPolis ; Martin Qvarnström, étudiant-chercheur suédois et Jean-François Tournepiche, paléontologue.

De nombreux scientifiques étrangers participent à cette nouvelle saison de fouille. Le site d'Angeac en Charente est devenu en moins de dix ans une référence européenne en paléontologie   
 

Il n'y a aucun autre site de ce type en Europe, aussi bien concernant la période que la qualité de conservation et le nombre de fossiles. Pour avoir des équivalents, il faut aller en Chine ou en Afrique, explique Jean-François Tournepiche, paléontologue et conservateur au Musée d'Angoulême.


Le chantier est ouvert au public gratuitement tous les jours en juillet et sur réservation. Histoire de découvrir quelques secrets vieux de 145 millions d'années. 

 

Sur le même sujet

"L'incendie du siècle", du 19 au 25 août 1949

Les + Lus