Coronavirus : les médecins s'inquiètent d'un relâchement des gestes barrières

Pas de port du masque, lavage des mains non systématique… Depuis le déconfinemement, de plus en plus de personnes s'affranchissent des gestes barrières. De quoi alerter les médecins, alors que l'Agence régionale de Santé observe des "frémissements" au niveau des indicateurs.

Sur le marché des Capucins à Bordeaux, nombreux sont ceux qui ne portent pas de masque
Sur le marché des Capucins à Bordeaux, nombreux sont ceux qui ne portent pas de masque © France 3 Aquitaine
Bordeaux, marché des Capucins. La clientèle répond présent, et prend le temps de sélectionner des produits frais tout en échangeant avec les commerçants.  Des deux côtés des étals, nombreux sont ceux qui discutent sans masque. Et les distances de sécurité ne sont que très peu respectées.
"Il y a un relâchement total par rapport aux gestes barrières, reconnaît une commerçante, elle-même non masquée. C'est très mauvais si on pense à la deuxième vague qui va arriver en force". Une autre cliente admet de son côté une envie "de reprendre le cours de notre vie". 

Des comportements qui sont désormais légions sur le marché comme ailleurs. Pourtant, même si la région n'a été que peu touchée par le Covid-19, le coronavirus n'a pas disparu de l'Aquitaine, loin de là.
Plusieurs clusters ont été identifiés, en Gironde, dans les Landes et tout récemment en Dordogne. Trois résidents ont été déclarés positifs dans la maison de retraite La Coquille , située à la frontière avec la Haute-Vienne. 

Rappel à toutes fins utiles : le masque se porte sur le nez

Dans ce contexte, ce relâchement sur l'application des gestes barrières est particulièrement inquiétant. "Dès qu'on est dans un lieu public clos, on porte un masque, rappelle le docteur Pierre Parneix, médecin de santé publique et d'hygiène hospitalière au CHU de Bordeaux. 
 

On le porte bien au-dessus du nez. On voit beaucoup de gens avec un masque sous le nez. On respire souvent par le nez donc le virus va rentrer. Et si on est malade, l'endroit où il y a le plus de virus, c'est le nez, donc on en dissémine partout. 

Docteur Pierre Parneix, médecin de santé publique et d'hygiène hospitalière au CHU de Bordeaux



Le médecin rappelle également l'importance de maintenir une bonne hygiène des mains, à l'aide de savon ou de gel hydroalcoolique. 

Plus de 1 500 cas positifs en Gironde

Depuis le début du mois de juillet, le nombre de cas positifs au Covid-19 est passé de 47 à 82 cas, précise l'ARS qui elle aussi rappelle l'importance du respect des gestes barrières. Au total, entre le 24 janvier et le 7 juillet, 2 625 personnes ont été testées positives en Aquitaine, dont plus de la moitié en Gironde.

Voir le reportage de France 3 Aquitaine
Covid-19 : attention au relâchement
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter