A Brive, les plus beaux spécimens de la Salers paradent au concours national de la race

Publié le Mis à jour le
Écrit par Margaux Blanloeil .

Pour la première fois depuis 1957, la Corrèze accueille le concours national de la Salers. Ces 23, 24 et 25 septembre 2022, les plus beaux animaux seront à observer sous la halle Brassens de Brive.

Sous la halle Georges Brassens, place de la Guierle à Brive-la-Gaillarde, cela faisait 65 ans que ce n’était pas arrivé. Accueillir le concours de la race Salers est un véritable événement, 350 vaches et pas n’importe lesquelles sont présentes durant trois jours.

 

Parmi elle, Marie. Habituée à défiler, elle a déjà été récompensée au concours national en 2019 à Aurillac, puis au dernier salon de l’agriculture. Ce week-end, elle est en lice au concours national. Avec des réelles chances de victoire.

 

"Les atouts d’une bonne Salers comme Marie c’est quatre bonnes pattes, un bon bassin pour un bon vêlage. Elle a une bonne capacité d’allaitement et vu le cours des intrants il faut quand même qu’on regarde ça. Il faut qu’elle ait la capacité de nourrir son veau en quantité et sur la durée" explique l'éleveur Yannick Breuil.

 

En Xaintrie, la famille Breuil élève depuis 7 générations la Salers.

Des vaches rustiques, capables de nourrir leurs veaux du vêlage jusqu’au sevrage. Gilbert Breuil ne les échangerait pas pour une autre race encore moins après cet été de sécheresse.

C’est une vache de montagne adaptée à tous nos terrains. Elle a des facilités de vêlage, elle est facile à élever, elle est résistante, elle s’adapte à tout style de pâture et elle s’adapte aux sécheresses répétées mieux qu’une autre race.

La Salers pourrait-elle remplacer notre chère Limousine ?

 

En Corrèze, La Salers représente 6% du cheptel bovin, soit 5200 bêtes. C’est encore loin derrière sa voisine Limousine. Mais elle gagne du terrain, chaque année 4 à 5 exploitations se tournent vers la vache à corne.

 

" Dans les exploitations il y a de moins en moins de main d’œuvre, alors la Salers apparaît comme la solution. C’est une vache autonome qui a besoin de moins de surveillance, elle vêle toute seule par exemple donc les fermes se tournent vers ces vaches," explique Régis Destruel, responsable de l'élevage à la chambre d'agriculture de la Corrèze.

 

Ces animaux sont à découvrir de vendredi 23 à dimanche 25 septembre 2022 à Brive.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité