En Corrèze, le casse-tête pour organiser son mariage

Il faut vraiment déborder de volonté et d'ingéniosité en ce moment pour organiser une cérémonie, que ce soit à l'église, à la mairie ou dans une salle capable d'accueillir des convives. En Corrèze, les communes et les gîtes tentent de faire face.
 

Ce couple a préféré anticiper et décaler sa fête d'un an supplémentaire.
Ce couple a préféré anticiper et décaler sa fête d'un an supplémentaire. © France 3 Limousin
L’organisation d’évènements festifs est frappée de plein fouet par l’épidémie de Covid 19.
Les restrictions sont importantes, et les perspectives particulièrement floues : "Toutes les fêtes privées, comme les mariages ou les soirées étudiantes qui se tiennent dans des salles de fêtes, dans des salles polyvalentes ou tout autre établissement recevant du public seront interdites", a indiqué la semaine dernière le Premier ministre Jean Casteix.
 

A Naves, la commune doit maintenant gérer beaucoup d’annulations de mariages pour la fin de l’année, et de reports pour l’année prochaine. L’organisation de ces évènements devient alors très compliquée.

Les élus doivent aussi rappeler les gestes barrière aux habitants, nettoyer les salles après les réunions...
C'est la moindre des précautions, mais pas la plus simple.
 
A Naves, les plannings virent au rouge...
A Naves, les plannings virent au rouge... © France 3 Limousin

Ce casse-tête il s'impose aussi au secteur privé.

Nous nous sommes rendus dans un gîte où la moitié des événements ont été reportés à 2021, soit une vingtaine de mariages.
Un couple présent ce jour-là a préféré anticiper, et décaler sa fête d'un an supplémentaire. En effet, pour l'année prochaine, c'est déjà complet...

Un report pour eux, mais une bonne nouvelle pour la propriétaire du lieu, pour qui la crise provoque un important manque à gagner. De quoi peut-être rattraper les pertes, même si elles sont importantes.

Tous espèrent qu’un rebond épidémique ou de nouvelles restrictions ne viendront pas compliquer une équation déjà difficile. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société