• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Corrèze : quelle prise en charge pour les mineurs isolés ?

Des bénévoles enseignent le Français à ces jeunes migrants arrivés en France sans leur famille. / © F3 Limousin
Des bénévoles enseignent le Français à ces jeunes migrants arrivés en France sans leur famille. / © F3 Limousin

À Objat, en Corrèze, des habitants ont découvert par hasard il y a quelques mois la présence de jeunes migrants isolés logés dans les chalets autour du plan d’eau de la commune. Certains Objatois s’interrogent sur leur présence et la prise en charge de ces jeunes.
 

Par RD avec AT

A Objat, près de Brive en Corrèze, les chalets autour du plan d’eau de la commune accueillent depuis peu une dizaine de jeunes migrants. Des hébergements dits de mise à l’abri, jusqu’à ce que l’âge de ces migrants soit établi, via un test médical. Car de leur majorité ou non dépendra leur sort : S’ils sont mineurs, ils seront placés jusqu’à leur 18 ans sous l’autorité du conseil départemental. Dans le cas contraire, ils auront entre 48 et 72 heures pour quitter l’hébergement et remplir une demande d’asile.

Moussa est arrivé en Corrèze en janvier. Originaire du Mali, il a été esclave en Libye pendant deux ans avant de rejoindre la France. "Lorsque j'ai quitté mon pays j'ai pensé que ça irait, confie-t-il. Mais jusqu'à présent ça ne marche pas. On se débrouille doucement, doucement. Ce n'est pas facile quand même."

Pour l’heure, le conseil départemental leur assure le gîte, le couvert, et les soins médicaux d'urgence. Et des bénévoles leur donnent des cours de Français, comme Pascale Chwalek-Abdelatif, une habitante d'Objat. "J'ai été extrêmement choquée d'apprendre qu'ils étaient là sans qu'on le sache en fait, raconte-t-elle. J'ai découvert ça au mois de février et ils étaient là pour certains depuis le mois de novembre."

Certains Objatois s’interrogent sur la prise en charge de ces jeunes. Le département affirme qu'un agent du service de l'aide sociale à l'enfance passe chaque jour leur rendre visite, mais ces visites restent trop rares selon certains bénévoles, qui s’inquiètent à l’instar de Claire Tissière : "J'en ai vu un qui avait une infection à l'oreille, avec de la fièvre. On avait beau appeler, personne ne répondait. Il a été emmené à l'hôpital le lendemain, par un bénévole."

Actuellement, 147 jeunes migrants sont placés dans des hébergements de mise à l'abri en Corrèze.
 
Corrèze : quelle prise en charge pour les mineurs isolés ?
Avec : Pascale Chwalek-Abdelatif, habitante d'Objat ; Claire Tissières, habitante d'Objat ; Moussa - France 3 Limousin - Reportage : Aurore Trespeux, Jean-Sébastien Tingaud et Sébastien Passelergue



 

Sur le même sujet

Deux maires parmi les 72 soutiens pour Emmanuel Macron

Les + Lus