Corrèze : le viaduc des Rochers Noirs retenu pour le loto du patrimoine

La liste des 18 sites qui bénéficieront du financement du Loto du Patrimoine en 2020 a été dévoilée ce 30 juin. Parmi les sites retenus : le viaduc des Rochers Noirs en Corrèze. La candidature avait été déposée par les mairies de Soursac et de Lapleau et le Conseil départemental.
La restauration du viaduc des Rochers Noirs bénéficiera du soutien financier du Loto du Patrimoine 2020.
La restauration du viaduc des Rochers Noirs bénéficiera du soutien financier du Loto du Patrimoine 2020. © Denis Adam de Villiers via Flickr
Le Viaduc des Rochers Noirs, propriété du conseil départemental de la Corrèze, fait partie des 18 sites du prochain Loto du Patrimoine. C'est le seul site retenu en Nouvelle-Aquitaine. L'ouvrage bénéficiera d'un soutien financier grâce à de nouveaux jeux mis en vente par la Française des jeux. L'annonce a été faite ce 30 juin par Stéphane Bern, le ministre de la Culture et la fondation du Patrimoine

Inauguré en 1913 par le président de la République Raymond Poincaré, à 92 mètres surplombant la Luzège, cet imposant viaduc mesure 140 mètres de long. Deux ans de travaux furent nécessaires, d'abord de grandes piles en pierres montées par des maçons de Figeac, puis des câbles tirés d'une rive à l'autre, un tablier assemblé au-dessus du vide, bref, un ouvrage remarquable.


Voyez notre reportage réalisé en 2019
Petites gares du Limousin : Soursac et son viaduc

Au début du siècle dernier, le viaduc des Rochers Noirs permettait à un tramway d'effectuer la ligne Tulle / Ussel, avec moyenne de 190 passagers par jour dans les années 30. Ce train vapeur transportait les usagers à 15 km/h mais aussi des marchandises, du bois, de la chaux... Le "Transcorrézien" fit son dernier voyage en 1959. Il a alors été transformé en pont routière dans le cadre de la création d'une route touristique. 
 Voyage "d'adieu au Tacot" le 2 et 3 mai 1959, organisé par les membres de la Fédération des Amis des Chemins de Fer Secondaires sur la ligne Tulle-Neuvic, avant sa suppression en janvier 1960. Les passagers embarquent à Uzerche dans l'autorail du POC puis visitent le dépôt de la gare de Tulle avant de monter dans le Tramway de la Corrèze (T.C.) jusqu'à Neuvic, son terminus. Le lendemain, ils font le trajet inverse et traversent le bourg de Marcillac-la Croissille, le viaduc des Rochers Noirs et le pont de Lantourne. (Film André Ravery via la Cinémathèque de Nouvelle-Aquitaine) 


"Cet ouvrage est important pour le tourisme dans le secteur. Une fois rouvert, il y aura du monde pour venir emprunter le viaduc", s'enthousiasme le maire de Soursac, Serge Guillaume.

Mais ce n'est pas qu'une bonne nouvelle pour les communes de Soursac et Lapleau, c'est aussi un grand jour pour Roger Fraysse, président l'association  ASTTRE 19 qui se mobilise depuis 30 ans pour la réhabilitation du site.
 

C'est un grand jour pour moi. Ce pont me tient particulièrement à coeur car mon père a passé son existence à travailler sur le Tacot. Il conduisait le train et tout petit, je voyageait sur ces Tramways de la Corrèze.

Roger Fraysse, président l'association  ASTTRE 19



Il existe peu de viaduc de ce type en France. On estime qu'il fallu mobiliser 350 tonnes de matériel pour faire ce pont suspendu métallique. Le 1er train des essais, passé en mai 1913, a supporté une charge de 170 tonnes. Classé aux monuments historiques en l'an 2000, ce pont suspendu est totalement fermé à la circulation routière depuis 1982 et piétonne depuis 2005.

"Le pont est quasiment intact depuis sa création. La suspension est celle d’origine, à l’exception des câbles qui ont été changés (N.D.L.R. en 1984). Aujourd’hui, plusieurs points structurels sont sensibles, rendant son accès dangereux", détaille la fiche technique de l'ouvrage. 
Le viaduc des Rocher Noirs en Corrèze
Le viaduc des Rocher Noirs en Corrèze © Denis Adam de Villiers via Flickr

"Une première phase de travaux de sauvegarde et de sécurisation de l’ouvrage, permettant à nouveau une circulation piétonne, a été chiffrée à 2,5 M d’€", précise la Mission Stéphane Bern. De son côté, le Conseil départemental, propriétaire du viaduc, ajoute que, "avec la présence d'écoles spécialisées dans le génie civile implantées sur la commune d'Égletons à proximité, cet ouvrage pourrait également être l'objet d'activités pédagogiques sur la technicité et l'histoire de sa construction."
 


Le Loto du patrimoine, comment ça marche ? 

C'est la troisième édition de ces "Jeux Mission patrimoine". Chaque année, des sites en péril sont retenus parmi les nombreuses candidature.
Ces monuments bénéficient alors d'un soutien financier. D'où vient l'argent ?  Pour l'édition 2020, les Français pourront participer de plusieurs manières : En 2018, près de 22 millions d’euros avaient été versés par FDJ à la Fondation du patrimoine. "Parmi les 390 projets sélectionnés en 2018 et 2019 par la « Mission Patrimoine en péril », 39 sites ont d’ores et déjà été restaurés et 131 sont en cours de restauration.




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
patrimoine culture transports