Page architecture du XXe siècle : l’habitat des années 50 à nos jours en Corrèze

© F3 Limousin
© F3 Limousin

Suite de la série consacrée à l’architecture du XXe siècle en Limousin. Le quatrième volet nous emmène en Corrèze pour découvrir les transformations de la maison individuelle depuis les années 50.

Par Gwendolina Duval

La naissance du pavillon. Après la guerre, l’heure est à la croissance économique et les programmes de constructions de maisons individuelles fleurissent. Similaire d’une région à l’autre, ces nouvelles maisons sont confortables.

Grandes nouveautés : le garage et le chauffage central révèlent l’augmentation du niveau de vie. A l’extérieur, ces maisons ont une cuisine d’été et un jardin potager.

A Objat, découverte de l'architecture des années 50 à nos jours
Page Architecture. Après la guerre, la construction s'adapte pour répondre aux besoins de la croissance économique. Maison clef en main, style moderniste, et aujourd'hui les défis de l'habitat durable. Intervenante : Catherine Deschamps, Architecte du Conseil d'Architecture, d'Ubanisme et d'Environnement.  - F3 Limousin - France Lemaire, Jean-Marie Arnal, Jean françois Andrieux et Marion Haranger


Puis, à partir des années 70, un nouveau phénomène fait son apparition : l’habitation dite "clef en main".
Pas ou peu de personnalisation, la maison est choisie sur catalogue. Toutes les maisons se ressemblent et la Corrèze n’échappe pas à l’uniformisation.

Si à l’époque, ces maisons peu chères représentent une avancée sociale, elles sont un peu précaires.

Réalisée rapidement par des grandes sociétés, elles n’utilisent aucun matériau local, et ne font travailler ni les artisans, ni les architectes.
Parfois, les pièces principales sont tournées vers le nord.



Le XXe siècle s’achève par un retour dans le passé. La mode est au style moderniste des années 30. Les maisons s’inspirent des formes cubiques avec des baies larges, des toits plats et des structures horizontales.

La façade ne s’ouvre plus nécessairement sur la rue pour le confort et les économies d’énergie.

On aperçoit déjà le grand défi du XXIe siècle : la maison bioclimatique

Sur le même sujet

Foie gras : pas de hausse des importations en 2017

Près de chez vous

Les + Lus