Sécheresse : 26 tonnes d'ensilage apportées de Montauban à un éleveur corrézien

En Corrèze, les agriculteurs s'organisent pour faire face à la sécheresse. Un premier camion d'ensilage est arrivé de Montauban ce lundi 16 septembre. 26 tonnes pour combler le manque de fourrage et permettre à un exploitant de passer l'hiver.

26 tonnes de maïs broyé amenées de Montauban à un éleveur de Corrèze
26 tonnes de maïs broyé amenées de Montauban à un éleveur de Corrèze © Marine Nadal

Tout est brûlé, on doit nourrir les bêtes avec 2 mois d'avance. Pierre Boudrie, éleveur de limousines à Eyrein (19)

Depuis le début du mois, il n'y a plus d'herbe dans les prés et Pierre Boudrie a du faire acheminer, ce lundi 16 septembre, 26 tonnes d'ensilage, du maïs broyé, en provenance de Montauban. 
La sécheresse a littéralement brûlé les sols rendant l'herbe impropre à la consommation
La sécheresse a littéralement brûlé les sols rendant l'herbe impropre à la consommation © Marine Nadal

Mes besoins pour la mi-avril, période où l'on va sortir les bêtes au printemps, sont de près de 200 tonnes. Il me reste 150 tonnes, il me manque donc à peu près 50 tonnes. Pierre Boudrie

En Corrèze, la chambre d'agriculture constate une baisse de 30% de production de fourrage cette été. Des livraisons ont été organisées par la FDSEA qui centralise les besoins. 4200 tonnes d'ensilage ont déjà été commandées contre 3300 tonnes l'an passé. Une deuxième année de sécheresse qui incite certains d'éleveurs à réduire leurs troupeaux.

Même si elle apparaît tentante, il faut essayer de dissuader les éleveurs de suivre cette démarche-là. Ils auront moins de production et cela fragilisera l'exploitation à terme. Tony Cornelissen, président de la chambre d'agriculture de la Corrèze

Des livraisons qui coûtent cher, 2262 euros le camion pour Pierre Boudrie. Il pourra peut-être bénéficier d'aides financières, une demande de classement en calamité agricole va être déposée.
Sécheresse : 26 tonnes d'ensilage apportées de Montauban à un éleveur corrézien

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie sécheresse météo