• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Françoise Béziat démissionne du conseil municipal d'Ussel en Corrèze

© France 3 Limousin
© France 3 Limousin

L'élue "Les Républicains" proche de Valérie Pécresse était la première adjointe du maire divers droite Christophe Arfeuillère élu en 2014.
Dans un communiqué, elle explique ne plus retrouver les valeurs du "Chirac Spirit" qui lui sont chères au sein de l'équipe municipale.

Par Pascal Coussy

Et de trois!
Après avoir retiré sa délégation à l'adjoint en charge des affaires économiques Jean Bilotta en avril 2018, après avoir essuyé la démission de l'adjointe aux affaires scolaires Laurence Monteil en septembre, le maire divers droite d'Ussel Christophe Arfeuillère vient de recevoir ce vendredi 15 mars la démission de sa première adjointe Françoise Béziat.

Autant dire que l'ambiance au sein de la majorité de droite qui gouverne la mairie d'Ussel depuis 2014 est plus que tendue.

La sérénité a quitté depuis longtemps le Conseil municipal traversé par les querelles d'ego et les clivages qui hantent par ailleurs une grande partie de la droite corrézienne.

Dans un communiqué, Françoise Béziat déclare : "Je m’en vais, car je ne retrouve pas dans l’action publique menée à Ussel, ni les valeurs, ni les projets de notre programme de 2014".
 

... mes valeurs héritées du Chirac Spirit


L'ancienne caniddate "Les Républicains" aux élections législatives sur la circonscription Tulle /Ussel en 2017 (battue par le LREM Christophe Jerretie) et proche de Valérie Pécresse précise ses griefs : "Pour moi agir en politique c’est être en harmonie avec mes valeurs héritées du « Chirac spirit » : compétences, persévérance et humanisme. 
Depuis 2017, je ne retrouve plus ces valeurs dans l’animation de l’équipe municipale ; je ne peux plus cautionner l’absence de concertation, la rétention d’informations, les mises à l’écart injustifiées, les mises devant le fait accompli, une gestion des ressources humaines manquant de professionnalisme et de respect. 
Le manque d’écoute et de partage au sein de l’équipe municipale et des services a entraîné une dégradation des relations humaines dans un contexte de gestion au jour le jour, sans cap, sans vision"
.

Contacté au téléphone cet après-midi, le maire d'Ussel Christophe Arfeuillère explique qu'il existait un certain nombre de divergences entre lui et Françoie Béziat, notamment sur les dossiers du budget, de la masse salariale et de l'implantation d'un supermarché sur la commune.

Le maire poursuit : "je suis droit dans mes bottes, on a désendetté la ville et on l'a sortie de l'ompasse financière". Et il enfonce le clou : "moi je ne suis pas un bébé chiraquien, je suis Ussellois de naissance".

 

Sur le même sujet

Naufrage du Grande America : les sauniers de l'Île de Ré s'apprêtent à confiner leurs marais salants

Les + Lus

Les + Partagés