Covid 19 : la Creuse affronte la deuxième vague

Un nouveau cluster a été identifié dans un Ehpad, alors que le taux d’incidence dans le département ne cesse d’augmenter, y compris chez les plus de 65 ans. Les structures hospitalières s'organisent pour faire face.
 

Le service de réanimation de Guéret est prêt à ouvrir de nouveaux lits si besoin.
Le service de réanimation de Guéret est prêt à ouvrir de nouveaux lits si besoin. © France 3 Limousin
Un nouveau cluster vient d’être identifié à l’Ehpad de Saint Vaury.
Après la découverte d’un cas positif chez un membre du personnel, un dépistage massif a été réalisé dans l’établissement jeudi et vendredi dernier.

Résultat : un autre membre du personnel est positif, ainsi que 6 résidents. Aucun de ces cas ne nécessite d’hospitalisation. Un nouveau dépistage aura lieu cette semaine pour ne rien laisser au hasard.

 

Des chiffres en augmentation


Car l’Agence régionale de santé reste sur ses gardes : la situation du département est préoccupante.

Selon Isabelle Dumont, directrice de l’ARS 23, "le taux d’incidence est de 122, et le taux de positivité est aussi monté. Nous sommes à 7,4, ça a grimpé très fortement. La vitesse de l’épidémie monte en flèche. On appelle à une vigilance renforcée plus plus plus !"
  

Les soins réorganisés


Le directeur de l’hôpital de Guéret, Karim Amri, se tient prêt.
Son établissement n’est plus le seul à accueillir des patients Covid : "C’est une nouvelle organisation qui vise à prendre en charge les patients au plus près des structures hospitalières et médicosociales du territoire. Et en cas d’aggravation, il y a un déport sur l’hôpital de Guéret pour les soins critiques et la réanimation, et sur l’établissement de Sainte-Feyre pour les pneumopathies."

Les enseignements de la première vague ont été tirés : des algécos permettent aujourd’hui de fluidifier le circuit de l’unité de prélèvement. Des achats de matériel ont été anticipés. Une nouvelle machine va bientôt arriver pour des tests plus rapides.

 

La réa se prépare


Du côté de la réanimation, le service est prêt à ouvrir de nouveaux lits si besoin.
Le Dr Dhaoui Soltani explique : "Nous pouvons augmenter nos capacités en prenant 4 lits supplémentaires aux soins intensifs de cardiologie. C’est très important pour un service de 12 lits. Mais ce n’est pas simplement réquisitionner des lits : il faut du personnel compétant pour s’occuper des patients 24h sur 24."

En revanche, les soignants veulent éviter de déprogrammer le reste de l’activité comme lors de la première vague : "L’impact a été très négatif avec des retards thérapeutiques, et des prises en charges tardives, et on a eu le retour de bâton après. Mais en cas de crise majeure, ce sera aux instances de décider."

Depuis le mois de mars et le début de la crise sanitaire, l'hôpital de Guéret a pris en charge 23 patients Covid en état critique. Parmi eux, trois sont décédés.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus/covid-19