Creuse : en manque de vétérinaires, le département lance un plan pour attirer les jeunes

Publié le Mis à jour le

Après les médecins, les vétérinaires pourraient devenir une denrée rare en Creuse. Car aujourd’hui, un quart des praticiens a plus de 55 ans et le milieu rural n’attire pas les jeunes praticiens. Pour aider la profession, un plan spécifique du département a été voté vendredi 30 octobre 2022.

Bernard Jaubertie fait partie des 84 vétérinaires en exercice sur le département de la Creuse. Seulement, à plus de 70 ans, en âge de prendre sa retraite, il s’inquiète de ne pas voir de jeunes praticiens arriver.

 

 "Travailler en ville dans une clinique vétérinaire canine qui tourne bien, c’est plus rentable que la médecine vétérinaire rurale. Ici, il ne faut pas compter les heures, ni les déplacements."

 

Dans son cabinet à Felletin, les professionnels travaillent déjà à flux tendu en cumulant, chacun, deux gardes par semaine. Au printemps prochain, deux d’entre eux partent à la retraite. Alors, les plus jeunes espèrent trouver des remplaçants pour faire tourner la boutique.   

 

Attirer de jeunes vétérinaires : un enjeu pour le département

 

Le département de la Creuse met en place un plan pour attirer les jeunes praticiens. Le Plan Vétos 23 prévoit une aide financière, jusqu’à 3000 euros par mois pour les étudiants vétérinaires qui effectueraient un stage sur le territoire.

 

"Une zone d’élevage sans vétérinaire cela devient impossible, il faut qu’on trouve le moyen d’inciter des jeunes à venir s’installer, à faire leurs stages de fin d’étude chez des vétérinaires en exercice et les soutenir dans cette voie", explique Renée Nicoux, maire de Felletin et conseillère départementale (DVG)  

Après l’Isère et la Corrèze, en France, la Creuse est le troisième département à mener une initiative comme celle-là. Une nécessité, car le manque d’effectif se ressent déjà sur le terrain comme le raconte l’éleveur creusois André Galland.

 

Avant, les vétérinaires arrivaient rapidement, maintenant il leur faut 1h30 voir 2h avant de venir. Donc pour des urgences, ça pose vraiment un problème.

André Galland, éleveur creusois

 

 D’ici dix ans, il devrait manquer une dizaine de vétérinaires en Creuse.

 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité