Second tour des municipales à Guéret : une quadrangulaire n'est pas impossible

Publié le Mis à jour le
Écrit par Annaick Demars

Dans la préfecture creusoise, les quatre listes sont en mesure de se maintenir au second tour des élections municipales le dimanche 28 juin 2020. Si les trois listes arrivées en tête repartent, la quatrième n'a pas encore pris de décision. Etat des lieux.

Guéret 2020 en tête avec Eric Corréia


La liste DVG "Guéret 2020, demain commence aujourd'hui" soutenue par EELV et emmenée par le président de l'agglo de Guéret et conseiller régional Eric Corréia est arrivée en tête au premier tour avec 32,97% des voix. "Je suis forcément satisfait de ce score puisque j'avais 3 listes contre moi", analyse Eric Corréia. Un rapport de forces que l'on avait pu constater lors du débat organisé par France 3 Limousin le 4 mars 2020
 

Il n'était pas tenable d'avoir des maires sortants non-réélus aux affaires. Le déconfinement ne se passe pas si mal, le nombre de malades baisse, et nous ne savons pas comment sera la situation en septembre. Lors du vote le 28 juin, il faudra faire comme au premier tour, avec les masques en plus, avec des parcours, ce sera même plus sûr que le 15 mars. Et si les gens ont des craintes, il ne faut pas oublier qu'on peut faire des procurations. 

 
 

"Ecologique et citoyen", le programme de la liste Guéret 2020 est issu d'une démarche participative avec des réunions lancées dès le printemps 2019 par Eric Corréia et Delphine Bonnin, qui siègaient déjà tous deux au conseil municipal de Guéret. "Le monde d’après dont tout le monde parle, nous ne sommes pas sûrs qu’il sera meilleur et plus solidaire, loin s’en faut, peut-on lire sur la page Facebook de la liste. Cependant, à notre échelle, sur Guéret et son territoire, nous nous engageons à ce qu’il change en mieux : il sera peut-être plus frugal mais il devra être plus fort de liens, de projets innovants".


 

Comme Marie-Françoise Fournier et Sylvie Bourdier, Eric Corréia avait déjà déposé sa liste à l'identique le 16 mars pour un second tour. Pas de changement, donc. Pour faire campagne, "il faudra innover", mais surtout "ne pas oublier tout le travail qui a été fait avant le premier tour, toutes les propositions que nous avons produites. Ce qui m'intéresse, c'est ma ville, conclut Eric Corréia, mon envie reste la même".

 

Marie-Françoise Fournier, score très satisfaisant pour la liste "apolitique" 


La liste "Partageons notre avenir, avançons ensemble pour Guéret" emmenée par Marie-Françoise Fournier est arrivée en deuxième position du premier tour avec 27,7 % des voix.

Notre score est très satisfaisant, il ne m'a pas surpris car nous avions de bons retours durant la campagne. Je suis fière que nous nous soyons rapprochés d'un conseiller régional président d'agglo et que nous soyons devant une partie de l'ancienne équipe municipale.
-Marie-Françoise Fournier


La jeune retraitée du conseil départemental de la Creuse s'est associée à une figure guérétoise, l'avocat Guillaume Viennois pour monter cette liste qui se veut apolitique et non-partisane. Une logique qui se poursuivra dans cette drôle de campagne de second tour. Pas de fusion au programme : "Nous restons sur notre position de principe, en-dehors de tout parti", rappelle Marie-Françoise Fournier, donc pas d'alliance avec la liste de Thierry Delaitre qui appelait pourtant à une "une position responsable d'ouverture pour asseoir la possibilité d'une alternance crédible à Guéret" sur sa page facebook dès le lendemain du premier tour.
 


Concernant la campagne qui s'annonce, la candidate n'est pas inquiète : "On a beaucoup communiqué pour le premier tour, les Guérétois nous connaissent, ainsi que notre projet. On va utiliser surtout de la documentation écrite, par courrier ou par internet, avec un programme qui va un peu évoluer dans les domaines sanitaire et économique, afin de tenir compte du contexte actuel".

 
 

Sylvie Bourdier et le maire sortant Michel Vergnier seulement en 3e position...


Avec 25,81%, la liste d'union de la gauche "Guéret en commun" menée par Sylvie Bourdier et sur laquelle figure le maire sortant le socialiste Michel Vergnier est arrivée en troisième position le 15 mars. Un score décevant ?

On peut tirer peu de conclusions fiables des résultats du premier tour à Guéret, les écarts entre les 3 premières listes sont faibles au regard du taux de participation très bas, et cette abstention "forcée" a été certainement particulièrement forte dans notre électorat. Ce qui laisse un deuxième tour très ouvert et démontre clairement qu'il n'y a pas de favori à l'heure qu'il est.
Sylvie Bourdier

Principale du collège Jules Marouzeau, la tête de liste explique avoir été, comme Michel Vergnier et de nombreux membres de leur liste, "tellement impliqués dans la gestion de la crise COVID qu'il nous serait apparu indécent de mener des réunions ou des tractations politiques pendant cette période. A ce jour, représentants d'une gauche unifiée mais diverse, nous sommes en train de reprendre contact les uns avec les autres dans ce cadre, et nous nous laissons un peu de temps pour refaire ensemble une analyse de la nouvelle donne".

 
 
Ni déception, ni alliances au programme pour la liste d'union de la gauche qui considère que le risque d'avoir choisi la date du 28 juin est une "faible participation prévisible". Pour autant, l'équipe aborde une nouvelle phase de campagne "plus dématérialisée, ce qui n'est jamais bon pour le débat démocratique explique Sylvie Bourdier. Mais je suis particulièrement satisfaite de pouvoir reprendre nos thèmes en parfaite adéquation avec les vrais besoins de notre population, qui nécessite plus que jamais une gestion de proximité expérimentée, rassurante et efficace au service de tous". 


Thierry Delaitre : maintien ou retrait ?

Arrivée en quatrième position avec 13,5 % des voix, la liste "un nouveau souffle pour Guéret" (DVC) soutenue par le Modem et emmenée par Thierry Delaitre peut si elle le souhaite se maintenir au second tour. 

La décision n'est pas prise, explique la tête de liste Thierry Delaitre. Nous discutons pour savoir si on se maintient ou si on se retire. Nous sommes un peu faiseurs de roi puisque les trois autres sont dans un mouchoir de poche. Concernant une éventuelle fusion, la porte a été fermée par Mme Fournier mais je pense que les jeux sont encore très ouverts, que rien n'est engagé. 


Qu'il y participe ou non, la campagne sera "forcément particulière" pour cet enseignant en économie, "d'autant plus dans notre territoire où la moyenne d'âge est élevée, une population qui n'est pas forcément touchée par les nouveaux moyens de communication".

Le premier tour verra-t-il s'affronter les mêmes candidats qu'au premier ?  Il faut pour le savoir attendre le dépôt des listes en préfecture dont la date n'a pas encore été officialisée.