Creuse : par manque de personnel, il ferme son restaurant une partie du week-end

Publié le Mis à jour le

Le propriétaire d'un hôtel-restaurant de La Souterraine vient de prendre une décision radicale : face à la pénurie de personnel, il décide de fermer son restaurant le samedi midi et le dimanche toute la journée. Selon lui, le secteur de la restauration doit s'adapter.

Désabusé ? Certainement pas. Pascal Beaudouin, propriétaire de l'hôtel Alexia à La Souterraine en Creuse, est plutôt convaincu qu'il fait le bon choix.
Cela faisait un moment qu'il murissait cette décision avec sa fille, la directrice de l'hôtel. Cette fois, ça y est, il saute le pas : désormais, le restaurant de l'établissement sera fermé le dimanche toute la journée, ainsi que le samedi midi.

"Je n'ai reçu aucun CV"

Cette décision est venue de la difficulté à trouver du personnel et notamment sur un poste clé : celui de chef-cuisinier. "J'ai cherché pendant 3 mois un chef-cuisinier, avec un statut cadre de 39h, une rémunération nette de 2500€ + prime sur intéressement. Je n'ai eu aucun CV !", déplore-t-il.

Pascal Beaudouin a fait ses calculs : ouvrir le dimanche nécessite 2 personnes en cuisine et 2 en salle. Entre la masse salariale, l'eau et l'électricité, le chiffre d'affaires de la journée du dimanche ne permet pas forcément, selon lui, de rentabiliser l'ouverture.

Un confort de travail pour le personnel

Mais sa motivation est ailleurs : "Là, je vais amener du confort à mon personnel, ils auront le dimanche pour eux".

Selon lui, la crise du Covid a modifié les priorités des salariés, et le secteur de l'hôtellerie-restauration doit s'adapter, s'il veut survivre. "On ne peut pas continuer à travailler comme avant le Covid. La profession a perdu 300 000 salariés (ndlr : 200 à 300 000 selon l'UMIH - Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie). Il va falloir se remettre en cause. Et surtout, si on veut garder nos salariés, il va falloir leur amener un confort de travail. C'était dur de prendre cette décision, mais je ne suis pas prêt de le regretter, je pense !", affirme-t-il.

Les salariés, eux, apprécient : "C'est un plus pour nous, on connait à l'avance nos repos, on sait que le dimanche on sera disponible pour voir nos proches, la famille, pour jouer au football", détaille Thibault Raymond, chef de salle.

Pascal Beaudouin envisage même d'aller plus loin. Lorsque la saison sera terminée, à partir des vacances de la Toussaint, il fermera le restaurant tout le week-end. Et en décembre, il prévoit de garder portes closes pendant une semaine, "voire deux", pour que ses salariés puissent profiter eux-aussi des fêtes de fin d'année.