La Souterraine : les buralistes veulent être seuls à vendre les produits de la Française des jeux

Les buralistes de la Souterraine voient d’un mauvais œil la concurrence que leur fait un centre commercial en vendant certains jeux de la FDJ. 

Buralistes en colère à la Souterraine
Buralistes en colère à la Souterraine © Valérie Agut

Nous sommes en 2021 après Jésus Christ. Le petit commerce a été vaincu par les grandes surfaces partout en France. Tout le petit commerce ? Non ! Une petite ville peuplée d’irréductibles limousins résiste encore et toujours contre l’envahisseur.  

La Souterraine compte 5000 habitants et 7 points de vente agréés par la Française des jeux. Le dernier agrément provoque la colère des petits buralistes du centre-ville. Il a en effet été accordé au centre Leclerc, d’où l’incompréhension de Philippe May, gérant du hall de la presse : “Les gens vont tout trouver sur place. Ils ne viendront plus en centre-ville. C’est vrai pour les garages automobiles, et plein d’autres activités comme les fleurs. Les gros veulent tout capter et nous en centre-ville, on finira par ne plus rien avoir.” 

Les jeux de grattage ou de tirage représentent jusqu’à 25% du chiffre d'affaires des buralistes du centre-ville. Le centre Leclerc est autorisé à vendre des jeux de grattage et des grilles de loto. Les petits buralistes ont deux agréments supplémentaires : les paris sportifs et le jeu amigo.  

Par la voix du responsable de son service communication, la Française des jeux nous affirme développer son “maillage en s’appuyant sur le commerce de proximité et exceptionnellement les galeries commerciales et stations essences quand elle n’a pas d’autres possibilités”. 

Pour calmer la colère des irréductibles limousins dans une conjoncture économique incertaine en pleine crise sanitaire, la société qui possède le monopole des jeux en France a programmé une rencontre avec les détaillants creusois le 15 avril prochain à la Souterraine. Un accompagnement individualisé va leur être proposé pour limiter l’impact sur leur chiffre d'affaires. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie covid-19 société