Qui est le champion creusois du jeu « Le Grand Slam » sur France 3 ?

Publié le

Plus d’un million et demi de téléspectateurs ont assisté ce dimanche 16 janvier au deuxième sacre d’Alain Favière sur France 3. Originaire d’Anzême, cet instituteur et ancien maire de la commune s’est illustré dans l’émission des champions et a déjà remporté plus de 10.000€ de gains.

Hier soir, pour assister chez lui à l’émission enregistrée il y a quelques semaines, Alain a pu compter sur le soutien de sa famille venue de Montluçon.
« Toute la famille suit sur Facebook, les cousines éloignées, les amis. La semaine dernière, ils étaient aussi tendus qu’Alain à la télé », raconte Florence Lobreaux, la sœur du champion.

Car Alain Favière n’en est pas à son coup d’essai. Cet instituteur, ancien maire de la commune d'Anzême en Creuse, a été sélectionné pour la première fois dans le jeu télévisé « Slam » il y a deux ans-et-demi.
« J’avais quelques soucis de santé, et besoin de me changer les idées. Je regardais souvent avec mes amis, on se défendait pas mal des fois. On s’est dit : pourquoi ne pas essayer ? »

Ce jeu télévisé, créé en 2009 et aujourd’hui animé par Cyril Féraud, consiste à remplir une grille de mots fléchés en répondant à des questions.
Lors de sa première prestation diffusée en janvier 2020, Alain avait terminé 2e. Il a été repêché pour l’émission des champions, le Grand Slam, diffusée il y a une semaine, où il a remporté une première victoire et 6000€.

Il faut dire qu’il avait été coaché intensément par ses deux amis : « Pendant les deux semaines avant l’enregistrement de l’émission, on jouait chacun de notre côté, on s’envoyait les réponses par message », raconte sa partenaire de jeu Dominique Hirault.

Pour son deuxième dimanche comme champion, hier soir, Alain a connu des débuts quelques peu hésitants, avant de se rattraper et devancer ses rivaux en empochant 4 500 € supplémentaires. Il remettra son titre en jeu dimanche prochain pour tenter de décrocher une troisième victoire, et pourquoi pas gonfler ses gains, dont l’utilisation est déjà toute trouvée : un beau voyage au Canada.