Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres, a testé son exposition aux perturbateurs endocriniens

Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres, a fait tester un de ses cheveux pour mesurer son exposition aux perturbateurs endocriniens / © Thomas Chapuzot - FTV Poitou-Charentes
Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres, a fait tester un de ses cheveux pour mesurer son exposition aux perturbateurs endocriniens / © Thomas Chapuzot - FTV Poitou-Charentes

Sept personnalités ont fait analyser leurs cheveux pour connaître leur exposition aux perturbateurs endocriniens. Parmi elles, Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres, réagit à cette enquête organisée par l'association Générations Futures. Dossier sur les perturbateurs endocriniens ici. 

Par Marine Rondonnier

Résultat du test de Générations Futures : les cheveux des personnalités testées renferment tous un cocktail important de nombreux perturbateurs endocriniens

" Les cheveux des personnalités testées renferment tous un cocktail important de nombreux perturbateurs endocriniens (de 36 à 68 par personne) bien que seulement 4 familles de substances chimiques aient été recherchées. Et ces cocktails posent un problème la question de l’impact sur la santé de ce mélange. " déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures " Ce rapport pointe plus que jamais la nécessité de retirer de notre environnement les substances perturbateurs endocriniens.
 

"Il s'agit d'un scandale sanitaire ", Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres

"Je mange bio le plus souvent possible, je vis à la campagne à Melle dans les Deux-Sèvres et j'utilise des produits ménagers naturels. Et pourtant cette analyse a révélé la présence de perturbateurs endocriniens dans mon sang. Cela veut bien dire que ces poisons sont partout et touchent tout le monde."

Delphine Batho a 36 perturbateurs endocriniens dans son organisme. Elle n'est pas vraiment surprise par les résultats de ces tests. Pour elle, c'est l'occasion de communiquer et de montrer au plus grand nombre que tout le monde est concerné par ces poisons.
"Ce sont des produits qu'on retrouve par exemple dans les bouteilles en plastique ou dans les boîtes de conserve. C'est un scandale sanitaire à prendre autant au sérieux que le tabac ou l'alcool "assène-telle.  "Ces perturbateurs endocriniens sont surtout dangereux pour les femmes et les enfants. Ils sont responsables de retards de développement du foetus notamment ou de l'apparition de certains cas d'autisme."
Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres, a testé son exposition aux perturbateurs endocriniens
Interview réalisée par Antoine Morel, Thomas Chapuzot et Philippe Ritaine

Trois personnalités du Poitou-Charentes testées

Les autres personnalités testées sont Isabelle Autissier, navigatrice de la Rochelle et Marie-Monique Robin, journaliste et réalisatrice (prix Albert Londres 1995) originaire des Deux-Sèvres ainsi que Yann Arthus-Bertrand, José Bové, Nicolas Hulot et Yannick Jadot. 

Ils ont accepté de faire tester une mèche de cheveux pour la faire analyser par un laboratoire compétent en matière de perturbateurs endocriniens. 

Marie-Monique Robin, journaliste originaire des Deux-Sèvres / © Editions La Découverte
Marie-Monique Robin, journaliste originaire des Deux-Sèvres / © Editions La Découverte

Marie-Monique Robin :  " J’ai 50 perturbateurs endocriniens dans mon organisme ! Je m’y attendais, mais il n’empêche que je suis choquée. Depuis plusieurs années, j’ai pourtant fait le ménage autour de moi: plus de poêle Tefal, plus de récipients en plastique, plus de cosmétiques et de détergents non bio, plus de gros poissons dans mon assiette etc. Et je mange bio à 80%! J’ai une pensée indignée pour toutes les femmes enceintes qui doivent être autant polluées que moi et qui ne savent pas que c’est très dangereux pour leur bébé à naître. À quand une vraie campagne d’information ? "(site Générations Futures")


Isabelle Autissier / © Maxppp
Isabelle Autissier / © Maxppp

Isabelle Autissier : " Les résultats de cette analyse sont assez terrifiants, alors que j’essaye de surveiller mon alimentation pour éviter les produits traités ou préparés et favoriser le bio. Ce test met en lumière la contamination de tout notre environnement, air, eau, nourriture, produits de beauté ou nettoyants pas ces substances dont nous savons qu’elles sont toxiques même à faible dose. Je pense à tous mes ami.e.s qui ont de jeunes enfants pour qui l’avenir est peut-être en train de s’hypothéquer. » (site Générations Futures

La parole de l'expert : Pr Virginie Migeot, chef du service de santé publique au CHU de Poitiers

" 90% de la population française est exposée à au moins un perturbateur endocrinien. Nous avons des chiffres sur les taux d'exposition. Pour les effets sur la santé, c'est surtout grâce aux tests réalisés sur les animaux que nous prenons conscience des risques. Parmi ces effets, il y a les malformations génitales."

Pr Virginie Migeot, chef du service de santé publique au CHU de Poitiers
Interview réalisée par François Bombard, Thomas Chapuzot et Philippe Ritaine

A voir ici : le dossier de la rédaction de France 3 Poitou-Charentes sur les pesticides dans la région réalisé par François Bombard et Thomas Chapuzot : 

Le bio en Poitou-Charentes ( 4/4 ) ; nos chers pesticides
Reportage réalisé par François Bombard, Thomas Chapuzot et Martine Sitaud

Les intervenants : 
- Jacques Larrant, maire de Saulgé (86)
- Roland Caigneaux, administrateur de l'association Vienne Nature
- André Cicolella, toxicologue et Président du Réseau Environnement Santé
- François Poirson, Directeur Coop de France Poitou-Charentes
- Mickaël Thebault, responsable du Centre d'exploitation de Civray Eaux de Vienne

A lire aussi

Sur le même sujet

Hopen Family, une application bordelaise bientôt au CES de Los Angeles

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne