Deux-Sèvres. Faire des pâtes oui, mais fabriquer des pâtes à trois, c’est mieux !

Les pâtes du nord des Deux-Sèvres / © Anne-Marie Baillargé, France Télévisions
Les pâtes du nord des Deux-Sèvres / © Anne-Marie Baillargé, France Télévisions

L'union fait la force, en agriculture aussi. C'est en tout cas ce qui a poussé trois producteurs céréaliers du Nord des Deux-Sèvres à travailler ensemble. Ils mettent en commun leur production de blé, de millet et de pois chiche et fabriquent des pâtes.

Par Sophie Goux

Peut-être mangerez-vous bientôt des ballerines, des cagouilles, ou des siciliennes. Ces sont des pâtes, fabriquées dans le nord des Deux-Sèvres et mises en vente dans un magasin tout récent.

Ce sont trois producteurs céréaliers du nord des Deux-Sèvres qui sont à l'origine de cette aventure. Ils ont décidé de mettre en commun leur producton de blé, de millet et de pois chiche et de fabriquer eux-mêmes les pâtes. Une façon de contrôler toute la production et aussi d'équilibrer les comptes. Avec 450 hectares de terre, ils assurent une production de 600 kilos de pâtes chaque semaine.

C'est vrai que c'est beaucoup plus valorisant de pouvoir aller jusqu'au produit fini, sachant qu'un an et deux mois avant, c'est nous qui avons semé le blé.
- Alban Billy, céréalier

Fabriquer et vendre des pâtes, ce n'est pas leur métier, mais le fait de contrôler toute la chaîne de production semble être un avantage, c'est en tout cas l'avis d'Alban Billy.

Ce qui nous rend crédibles, c'est nos tripes, ce qu'on produit. On connaît tout de A à Z, alors, sans base commerciale, on est capable de vendre notre produit correctement.

Les trois céréaliers ont inauguré leur premier magasin le mois dernier près de Thouars et leurs pâtes intéressent déjà quelques épiceries et marchés locaux.

Reportage d'Anne-Marie Baillargé et Thomas Chapuzot.

 

Sur le même sujet

Les + Lus