Deux-Sèvres. Il élève des chèvres poitevines pour sauvegarder l'espèce

La chèvre de race poitevine est une espèce robuste qui a failli totalement disparaître dans les années 20. Dans son élevage installé aux Fosses (Deux-Sèvres), Mathias Chebrou s'est pris de passion pour cette race. 
 

Mathias Chebrou s'est pris de passion pour cette espèce qui a bien failli disparaître.
Mathias Chebrou s'est pris de passion pour cette espèce qui a bien failli disparaître. © Louis Claveau, FTV
Avec ses poils demi-longs appelés "cape de maure", sa robe brune, ses pattes et son ventre tout blanc, la chèvre poitevine est aisément identifiable.

L'espèce, taillée pour le plein air, a bien failli disparaitre dans les années 20 à cause de la fièvre aphteuse. Aujourd'hui, elle reste rare. Grâce au travail de l'association pour la défense et le développement de la chèvre poitevine, 3.500 spécimens sont aujourd'hui recensés dans le monde. 

Race fromagère

Mathias Chebrou est l'un des quelques éleveurs de l'Hexagone. Installé aux Fosses, près de Niort (Deux-Sèvres), il parcourt la France pour sélectionner les meilleurs chevreaux qu'il élève ensuite dans sa ferme bio. 

"La poitevine a des qualités laitières que les autres chèvres n'ont pas, c'est la race fromagère par excellence", explique Mathias Chebrou. 

Son lait est beaucoup plus doux. Il a moins de saveur caprine, il est moins fort et le goût du fromage s'en ressent. 
- Mathias Chebrou, éleveur de chèvres poitevines. 

La chèvre poitevine se caractérise notamment par ses poils demi-longs et sa robe brune teintée de blanc sur les membres.
La chèvre poitevine se caractérise notamment par ses poils demi-longs et sa robe brune teintée de blanc sur les membres. © Louis Claveau, France Télévisions

Mozart dans l'étable

Ancien fromager, Mathias Chebrou est un partisan du bien-être animal. Douze heures par jour, il fait écouter du Mozart à ses chèvres pour les apaiser et diffuse aussi par brumisateur des huiles essentielles pour prévenir les maladies. 

Éleveur passionné, il dit vouloir "redonner du sens au consommateur."

Chaque région a une race spécifique qui lui permet de développer une économie locale et de faire travailler des éleveurs qui donnent aussi du sens à leur métier. C'est super important. 
- Mathias Chebrou 

Les boucs de race poitevine de Mathias Chebrou.
Les boucs de race poitevine de Mathias Chebrou. © Alain Darrigrand, FTV
Mathias Chebrou, qui élève aussi des boucs reproducteurs de la même race, espère convaincre d'autres agriculteurs de se lancer à leur tour dans l'élevage de poitevines dans ce département qui est le premier producteur de lait de chèvre en France.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie animaux nature insolite