Deux-Sèvres : pourquoi les élèves doivent-ils porter le masque même pendant la récréation ?

Depuis la rentrée, parents, élèves et enseignants se posent la même question. Pourquoi les enfants doivent-ils porter le masque même quand ils sont en extérieur dans la cour de récréation. Le département des Deux-Sèvres est le seul dans l'académie de Poitiers à appliquer cette consigne.

Dans les Deux-Sèvres, les parents d'élèves sont partagés sur la question. Certains estiment qu'il s'agit d'un geste de protection pouvant se révéler utile pour combattre l'épidémie de Covid, d'autres, et ils sont plus nombreux, pensent que cette consigne est superflue et surtout difficile à respecter pour leurs enfants. 

"Ils portent le masque toute la journée de 8H30 à 16H, c'est compliqué pour eux surtout quand ils jouent et courent beaucoup pendant les récréations" estime ce père d'un élève en élémentaire à Niort.

C'était leur moment de liberté dans la journée et là, on leur enlève alors que c'est déjà compliqué pour eux quand ils sont en cours" ajoute-t-il.

Cette "exception deux-sèvrienne" apparait d'autant plus inexplicable aux parents d'élèves que la rentrée s'est faite, selon les consignes du ministère de l'Education nationale, en suivant le niveau du protocole sanitaire N°2. Celui-ci prévoit que le masque est obligatoire en intérieur pour les enfants et les personnels à compter de l'école élémentaire et que le droit commun s'applique en extérieur. Les niveaux 3 et 4 du protocole sont, en revanche, nettement plus restrictifs et imposent le port du masque en intérieur et en extérieur. A Niort, Parthenay ou Melle, et dans toutes les écoles, collèges et lycées du département, la rentrée s'est déroulée en respectant le niveau 2 du procole ministériel.

La FCPE demande la levée de cette obligation

Pour Anne Azoulay, représentante de la FCPE 79, "parents et élèves ont été surpris par cette directive" émanant de la direction académique du département et qui va à l'encontre des recommandations ministérielles et de l'arrêté préfectoral.
 

"Il y a une grande incompréhension de la part des parents et des des enfants. Nous étions persuadés que dans les Deux-Sèvres, c'était l'arrêté préfectoral qui serait appliqué. Il dit que, pour les enfants de 6 à 11 ans, le port du masque en extérieur est recommandé et obligatoire à partir de 12 ans."

Anne Azoulay, FCPE 79

 

L'association de parents d'élèves pose même aujourd'hui la question de la légalité de cette directive et demande que cette obligation soit levée.

On a demandé des comptes au DASEN (Directeur académique des services de l'Éducation nationale). On lui demande de justifier de la légalité de cette décision qui, en plus, n'a pas été écrite. Un enfant qui va à la garderie le matin ou le soir peut être amené à porter le masque pendant 11 heures de suite. Il n'y a pas d'adultes en France qui le font. On demande la levée de cette obligation. Le protocole sanitaire avec les gestes barrières suffit et on estime que nos enfants ont déjà largement participé à l'effort collectif depuis 18 mois.

Anne Azoulay, FCPE 79

L'arrêté pris le 30 août 2021 par la préfecture liste les lieux et les conditions rendant le masque obligatoire pour lutter contre la propagation du virus de la Covid-19. Le port du masque y est recommandé pour les enfants de 6 à 11 ans et obligatoire pour toutes les personnes de plus de 11 ans. Les mesures sont applicables jusqu'au 30 septembre prochain.

Pour lire l'arrêté préfectoral du 30 août 2021 : cliquez ici.

 

"On a très peur d'une contamination dans les cours d'école. "

Du côté de la Direction académique, on parle d'une décision partagée avec les professionnels de santé. Elle est, avant tout, une mesure de précaution pour éviter les fermetures de classes. Arnaud Leclerc, directeur académique des Deux-Sèvres, explique que cette obligation a été prise en fonction de la situation sanitaire du département. .
 

Dans les Deux-Sèvres, le taux d'incidence n'est pas homogène. Nous avons une partie du département avec des taux d'incidence assez faibles et d'autres qui sont extrêmement forts. C'est ce manque d'homogénéité qui nous a conduit à faire ce choix. On a très peur d'une contamination dans les cours d'école à l'extérieur. Nous avons peur que cela multiplie les cas contacts et au bout d'un moment de devoir fermer des classes puisque sans masque tous les enfants peuvent être contaminés.

Arnaud Leclerc, directeur académique des Deux-Sèvres

Le Directeur Académique des Services de l'Education Nationale (DASEN) indique également qu'il ne s'agit que "d'une expérimentation n'ayant pas vocation à être pérenne". Pour l'instant, elle est prévue jusqu'au 30 septembre mais elle est susceptible d'évoluer selon la situation sanitaire.

La préfecture des Deux-Sèvres indique que le taux d'incidence de Covid 19 a atteint, hier mardi 7 septembre, un taux de près de 86 cas pour 100.000 habitants. Il était encore de 102/100.000 habitants le 27 août dernier..

Actualisé le 13 septembre 2021 à 10h -----------------------------------------------

Une pétition lancée par des parents d'élèves

Des parents d’élèves dont les enfants sont scolarisés en primaire à Niort, on lancé une pétition contre le port du masque en extérieur dans les écoles des Deux-Sèvres. Ils contestent "la décision de la  Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale des Deux-Sèvres d’imposer le port du masque dans la cour de récréation". Les parents d'élèves dénoncent une mesure qui, au nom du principe de précaution invoqué par le DASEN, leur "paraît tout à fait disproportionnée et contraire au bien-être et au bon développement de nos enfants".

La pétition "Laissons respirer nos enfants à l'école" a déjà récolté 1600 signatures. Les parents d'élèves à l'origine de ce texte espèrent atteindre les 2.500 signatures pour donner plus d'impact à leur revendication.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société santé covid-19