Jument mutilée et tuée à L'Absie dans les Deux-Sèvres : des gestes chirurgicaux selon le propriétaire

Un cheval mort et mutilé a été retrouvé par son propriétaire dans un champ situé à L'Absie dans le nord des Deux-Sèvres. Le parquet de Niort a ouvert une enquête. Déjà, en août dernier, une jument avait été tuée et mutilée dans les mêmes conditions à St-Aubin-de-Baubigné, sur la commune de Mauléon.
La jument qui a été tuée se trouvait dans ce champ situé au lieu-dit Bel Air sur la commune de L'Absie dans les deux-Sèvres.
La jument qui a été tuée se trouvait dans ce champ situé au lieu-dit Bel Air sur la commune de L'Absie dans les deux-Sèvres. © Romain Burot/ France Télévisions
Les faits se sont vraisemblablement déroulés dans la nuit de samedi 28 novembre à dimanche 29. La jument a été découverte morte, dimanche matin, par son propriétaire venu nourrir ses deux chevaux dans leur pré situé au lieu-dit Bel-Air sur le territoire de la commune de L'Absie, dans le nord des Deux-Sèvres.

"Des mutilations faites de façon chirurgicale"

La jument gisait morte à terre alors que l'oreille droite et l'appareil génital avaient été découpés. Le propriétaire est un retraité de la commune qui élève ses deux chevaux depuis une quinzaine d'années. C'est lui qui a découvert l'animal mort en leur apportant des granulés. Dans un premier temps, Il ne sait pas trop inquiété en voyant la jument allongée puis il est revenu et a constaté les mutilations qui, selon lui, ont été faites "d'une façon chirurgicale". 

Je suis revenu, j'ai vu l'oreille coupée. A ce moment-là, j'ai fait le tour de l'animal et j'ai vu toute la partie anale et vulvaire de l'animal découpée d'une façon très propre, très chirurgicale. Il n'y avait pas une goutte de sang donc ça a été fait par un type qui a l'habitude.

Jacques Briand, propriétaire de la jument tuée

Le propriétaire explique que, selon lui, il a d'abord fallu anesthésier la jument avec une dose mortelle pour qu'elle ne se débatte pas lors de la mutilation. Aujourd'hui, il se dit écœuré et très peiné.

C'était une bête très gentille, très douce, très mignonne. L'autre est plus difficile mais celle-là était d'une gentillesse formidable alors ça fait énormément de peine...je ne comprends pas.

Jacques Briand, propriétaire de la jument tuée

Le retraité dit ne pas avoir constaté de traces d'effractions ou de passage d'un véhicule aux abords de son champ.

Une enquête ouverte par le parquet de Niort

Suite à cette découverte, le parquet de Niort a ouvert une enquête qui a été confiée à la brigade de recherche de la gendarmerie de Parthenay. Le corps de la jument a été évacué et transporté à l'Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort, dans le Val-de-Marne, où il sera nécropsié.

Depuis le début de l'année et plus particulièrement depuis août, des cas de mutilations parfois mortelles, sur des équidés, ont été signalés un peu partout sur le territoire national.

Un premier cas en août à Mauléon

Un autre cas s'était déjà produit dans les Deux-Sèvres, le 24 août dernier, sur la commune de Mauléon, située à quelques kilomètres de L'Absie.
Un propriétaire avait découvert l'une de ses juments morte dans son champ. Elle avait été mutilée, son oreille coupée.  Sur toute la France, déjà plus de 150 enquêtes pour des faits similaires ont été ouvertes, mais tous les cas ne sont pas considérés comme d'origine humaine, selon la gendarmerie.

Appels à la vigilance

Cet été, un appel à la vigilance avait été lancé par de nombreuses gendarmeries alors que ces actes de cruauté sur des chevaux se multipliaient dans toute la France.
Un appel à la vigilance repris ce lundi par la maire de L'Absie, Patricia Mimault.

J'appelle tous les citoyens à la vigilance, à observer. On sait qu'ici la route est passagère, q'on a déjà eu des occasions d'être inquiétés par des vols, on a eu aussi une attaque à main armée donc on se rend compte qu'il peut y avaoir une forme de violence et que nous ne sommes à l'abri de rien.

Patricia Mimault, maire de L'Absie (79)


À l'heure actuelle, aucune hypothèse n'est privilégiée pour expliquer ces mutilations visant des chevaux.

Reportage d'Alain Darrigrand et Romain Burot     
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers animaux nature