Niort : Anthony Emeriau, directeur d'école, reçoit l'ordre national du mérite pour son implication contre le Covid-19

Publié le Mis à jour le
Écrit par Noémie Javey

Au plus fort du premier confinement, Anthony Emeriau, directeur d'école à Niort, a joué un rôle clé pour continuer d'accueillir les enfants de soignants dans les écoles de la ville. Il est aujourd'hui récompensé par le ministre de l'Education qui a souhaité lui décerner l'ordre national du mérite. 

L'année 2021 a bien commencé pour Anthony Emeriau, directeur d'école à Niort. Par une lettre signée du ministre de l'Éducation, il a appris qu'il était décoré de l'ordre national du mérite. 

Une médaille, certes moins prestigieuse que la Légion d'honneur, mais qui récompense les civils et militaires à l'origine "de services distingués", c'est-à-dire, "d'actes de dévouement, de bravoure, de générosité, de réels mérites ou d'un engagement mesurable au service des autres", selon le site de la Légion d'honneur

"C'est une immense fierté, bien que teintée d'humilité. C'est le travail de tous en fait. Je n'étais pas tout seul", tient à préciser le directeur. "Nous formions une équipe avec les enseignants bénévoles, les agents de la ville et les services de la direction académique du département."

L'engagement, comme d'autres directeurs d'école, Anthony Emeriau l'a eu auprès de ses élèves, de leurs parents et de ses collègues tout au long de sa carrière. Mais il est ici récompensé pour avoir organisé l'accueil des enfants de soignants à l'école durant le premier confinement.

"Anticiper, toujours anticiper"

Contacté un vendredi pour une mise en place le lundi, il a dû se montrer efficace. Aidé d'un autre collègue directeur, il a commencé par recenser les enseignants bénévoles et disponibles sur la période à l'échelle des 19 groupes scolaires de Niort. 

Le bilan de l'expérience est positif selon lui : "On n'a pas rencontré d'obstacles. Le plus difficile était de rassurer les collègues et les familles et de s'adapter à chaque changement de protocole. Il faut anticiper et toujours anticiper."

Une organisation dupliquée à l'ensemble des écoles niortaises

Au retour des élèves dans les classes, le directeur d'école pense et met en place un protocole pour son école, ensuite dupliqué dans les autres écoles niortaises.

"J'ai fait mon travail de citoyen. J'étais alors directeur de la plus grande école sur Niort. Je me suis dit que si mon protocole fonctionnait pour mon école, il pourrait être dupliqué aux autres écoles niortaises, plus petites."

Sa stratégie fonctionne. "La mutualisation de cet outil a permis d'économiser l'énergie de mes collègues directeurs qui, contrairement à moi, continuent d'enseigner et ont donc moins de temps pour penser à l'organisation."

Une expérience du risque

Sollicité par l'inspectrice, Anthony Emeriau a pu s'appuyer sur son expérience pour gérer la crise.

"J'ai travaillé quelques années à Madagascar où il y avait une épidémie de peste. Le covid-19 lui ressemble beaucoup en terme de règles sanitaires, de communication et d'anticipation à mettre en place pour s'en prémunir."

L'assurance de ce directeur a permis d'installer une certaine sérénité. "Si vous êtes calme, les gens le ressentent et ne s'affolent pas plus que ça."

En attendant sa cérémonie de remise de médaille, Anthony Emeriau n'a pas le temps de s'ennuyer. L'annonce d'une restriction du protocole sanitaire dans les écoles au retour des vacances de février est passée par là. "Faire un plan de table pour positionner mes 340 élèves, il fallait mieux le faire avant mes vacances", ironise-t'il. 

Passé maître en anticipation, ce directeur se dit "serein", prêt à relever les futurs défis générés par l'épidémie sanitaire.