Bergerac : le refuge affiche complet, voulez-vous adopter ?

La SPA cherche toujours de nouveaux adoptants / © France 3 Périgords - Elsa Arnould & Christel Arfel
La SPA cherche toujours de nouveaux adoptants / © France 3 Périgords - Elsa Arnould & Christel Arfel

Ce n'est (malheureusement) pas un scoop : les associations de protection et d'accueil des animaux manquent plus d'adoptants que de pensionnaires. Chez eux s'entassent chiens et chats abandonnés... pour qui parfois le miracle arrive. Exemple à Bergerac. 

Par Pascal Faiseaux

La  SPA 24 de Bergerac vient d'organiser des journées portes ouvertes pour mobiliser des adoptants. Car le refuge, ce n'est pas une nouvelle, affiche trop souvent complet. 

Vieille d'un demi-siècle, l’Association de Sauvegarde et Protection des Animaux SPA de Bergerac est indépendante mais membre de la Confédération Nationale - Défense de l'animal 260 Refuges et associations dans toute la France.

Ses locaux, route de Saint-Alvère à Bergerac, proposent un refuge et une fourrière. A ce titre, elle accueille les animaux abandonnés par leurs propriétaires ou provenant de la fourrière, afin qu’ils retrouvent un foyer. Dans cette mission, elle informe les propriétaires et les adoptants des devoirs et des obligations qu’impose la possession d’un animal : alimentation, logement, identification, vaccination, stérilisation…
 
La SPA de Bergerac
A Bergerac, la SPA tente toujours de mobiliser le public pour trouver des familles adoptantes à leurs pensionnaires  - France 3 Périgords - Elsa Arnould & Christel Arfel


Mais elle peut également enquêter et intervenir en cas de maltraitance sur les animaux. Elle intervient notamment en milieu scolaire pour sensibiliser à la cause animale.
 
La fourrière accueille les animaux errants et restitue ceux identifiés (par puce électronique ou par tatouage) à leurs propriétaires. Elle est conventionnée avec plus de 300 communes pour recueillir les animaux trouvés errants ou saisis par décision de justice.

Sur le même sujet

Fraude à la licence IV : les commerçants de Sarlat s'inquiètent

Les + Lus