Affaire Laly : le parquet fait appel de la relaxe de la directrice d'école

Le parquet d'Angoulême vient de faire appel de la relaxe d'Élisabeth J., l'institutrice accusée d'un défaut de surveillance qui avait conduit à la mort de la petite Laly en 2015, défenestrée par un petit garçon de sa classe. 

Lors du procès à Angoulême en décembre dernier, Élisabeth J. avait une nouvelle fois demandé pardon aux parents adoptifs de la petite Laly
Lors du procès à Angoulême en décembre dernier, Élisabeth J. avait une nouvelle fois demandé pardon aux parents adoptifs de la petite Laly © France 3 Périgords - Philippe Niccolaï & Pascal Tinon
Le répit aura été de courte durée pour l'institutrice-directrice de l'école du Bon Secours de Périgueux.

Elle était poursuivie pour homicide involontaire après un défaut de surveillance qui avait laissé le temps à un autre garçon de la classe de défenestrer la petite fille dans cette classe d'enfants handicapés de l'école privée du Sacré Cœur de Périgueux, le 8 janvier 2015. 

Comparaissant le 10 décembre dernier au tribunal correctionnel d'Angoulême, l'institutrice de 48 ans avait été relaxée le 2 janvier. La cour a estimé qu’il n’y avait pas de faute caractérisée ayant exposé autrui à un danger. Le délibéré tenait notamment compte du fait que l'institutrice ne pouvait pas savoir que le petit garçon atteint de troubles psychologiques grave avait déjà commis des actes similaires précedemment (voir ci-dessous).

Mais cette décision n'a pas satisfait le parquet d’Angoulême, qui a donc interjeté appel de cette relaxe. L'institutrice sera donc rejugée prochainement
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société éducation faits divers