Bergerac : la justice cherche les propriétaires de 7 000 objets volés pour une valeur supérieure à 700 000 euros

Publié le
Écrit par Pascal Faiseaux .

Une caverne d'Ali Baba, en vrai. La police de Bergerac a saisi 7 000 objets présumés volés et cherche désormais leurs propriétaires via un site en ligne. Après 6 mois d'expertise, le butin a été estimé (à minima) à 700 000 €uros.

C'est ce qui s'appelle une opération fructueuse. En effectuant les perquisitions d'usage chez trois suspects mis en examen, la police a fait main basse sur un exceptionnel trésor de guerre.

Digne d'un roman policier

Comme dans un roman policier, tout commence par un coffre-fort retrouvé à Bergerac. À l'intérieur, du liquide, des objets et des pièces de collection. Le genre d'articles qu'affectionnent les collectionneurs, numismates et brocanteurs. Une première information judiciaire est ouverte, elle va conduire à mettre au jour une véritable filière de recel et de blanchiment d'argent.

En janvier 2021, une deuxième information judiciaire est ouverte et aboutira à la mise en examen de trois suspects, un homme Patrick Gauffre, son épouse et son fils.

Caches secrètes

Soigneusement cachés dans leurs domiciles et des annexes, pas moins de 7 000 objets. À chaque fois, les butins étaient dissimulés dans des caches, des double-fond des chambres secrètes, uniquement accessibles via des trappes masquées.

durée de la vidéo : 01min 08
La police de Bergerac reconnaît la minutie avec laquelle les voleurs avaient dissimulé leurs butins ©France 3 Périgords - Vanessa Fize & Florian Rouliès

50 caches, des milliers d'objets dans tous les coins

C'est un travail de limier que vont effectuer les enquêteurs. Au total ils fouilleront 50 caches potentielles pour faire le tour de ce qui avait été dissimulé.

Allant de surprise en surprise, la police met au jour des bronzes, des tableaux, des statuettes, des armes, des bijoux, entassés là par les suspects. Une cache avait même été aménagée dans un espace public. Étonnées, les forces de l'ordre reconnaissent "l'extrême minutie" avec laquelle les butins avaient été mis à l'abri.

Une véritable caverne d'Ali Baba

Ce qui surprend aussi, outre la quantité, c'est la diversité de ce qui a été retrouvé. Des pièces modestes côtoient de véritables œuvres d'art d'une valeur appréciable. Et même des objets d'une valeur historique, dont certains livres rares qui avaient été mis à l'abri dans des coffres-forts.

700 00 Euros de butin... vraiment au minimum !

Il aura fallu un an pour instruire l'affaire, dont la moitié rien que pour dresser l'inventaire impressionnant de ces 7 000 pièces et estimer leur valeur exacte. Une commission d'experts et un un commissaire-priseur ont été appelés en renfort pour statuer sur des objets aussi hétéroclites que des pièces militaires, des décors asiatiques, des pièces de monnaies anciennes ou des manuscrits. Fourchette basse, 700 000 €uros, mais il s'agit d'une estimation "raisonnable" la valeur réelle qu'on obtiendrait par exemple en salle des ventes est probablement bien supérieure.

Tout est mis en ligne...

Un travail qui n'est pas perdu puisque la liste détaillée de ces objets a été mise en ligne afin de tenter de retrouver leurs propriétaires légitimes. Par curiosité, vous pouvez allez voir vous aussi sur www.objets-voles-police-bergerac.fr. Mais pour la justice, c'est là que les choses vont devenir encore plus intéressantes.

...et la justice espère pêcher d'autres poissons !

En lançant cet avis de recherche, le tribunal entend bien déterminer la traçabilité de chacun de ces objets, et notamment la légitimité de leurs propriétaires. Il s'agira de produire des preuves, entre autres d'achat. Le travail d'enquête ne fait que commencer, et il y a fort à parier que certains propriétaires préféreront ne pas se manifester, et que certains revendeurs ont du soucis à se faire.

durée de la vidéo : 01min 00
En mettant en ligne les objets volés, la Procureure de la République espère retrouver les propriétaires légitimes, et peut-être aussi remonter d'autres filières de recel ©France 3 Périgords - Vanessa Fize & Florian Rouliès

Affaires à suivre 

Dans le cas de détention illégale avérée, le tribunal se réserve le droit d'ouvrir un réquisitoire supplétif. De quoi dévider la pelote de laine jusqu'au bout

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité