Dordogne : avant le procès du coq Coquelicot, le volatile se volatilise

Hasard, renard, ou traquenard ? Peu importe, les faits sont là : le coq Coquelicot s'est bel et bien envolé, au grand dam de ses propriétaires. Il a disparu de sa basse-cour juste avant d'entrer dans le box des accusés où il devait répondre d'excès de décibels. Le mystère rôde.

à St Pardoux la Rivière, le volatile s'est volatilisé mystérieusement
à St Pardoux la Rivière, le volatile s'est volatilisé mystérieusement © France 3 Périgords-Philippe Niccolaï & Bertrand Lasseguette
La police scientifique n'a pas fait le déplacement à Saint-Pardoux la Rivière. Et pourtant, l'enquête s'annonce palpitante. Au cœur de l'énigme, Coquelicot. Un coq consciencieux du Nontronnais qui s'applique à jouer le rôle pour lequel il a été destiné. Outre honorer de ses ardeurs ses compagnes emplumées, il chante d'un respectable chant de coq, bien sonore.
Coquelicot, avant sa disparition... un coq blanc comme neige ?
Coquelicot, avant sa disparition... un coq blanc comme neige ? © France 3 Périgords - Bertrand Lasseguette

Trop sonore, au goût du voisinage, qui a déjà accumulé de nombreux griefs contre les propriétaires, les Vanier, depuis 2006. Jusque là, la sempiternelle guéguerre de voisinage portait classiquement sur les limites de propriété, l'entretien des végétations limitrophes,  les nuisances diverses. 
Le poulailler de la discorde, à proximité du voisinage
Le poulailler de la discorde, à proximité du voisinage © France 3 Périgords - Bertrand Lasseguette

Avec l'installation du poulailler à proximité de la chambre des voisins, alors que la propriété fait 5 000m2, c'est l'escalade. Pour ces voisins périodiques originaires de la banlieue parisienne, ce chant-là est le décibel qui fait déborder le vase et ils portent le différent en justice. L'affaire devait être entendue (c'est le cas de le dire) au tribunal de Périgueux le 23 novembre prochain. 
Mme Vanier aurait retrouvé la porte de la basse-cour ouverte, et constaté que son volatile avait disparu
Mme Vanier aurait retrouvé la porte de la basse-cour ouverte, et constaté que son volatile avait disparu © France 3 Périgords - Bertrand Lasseguette
Sauf que Coquelicot, si l'affaire est toujours maintenue, devra être jugé par contumace. Car dans la nuit du vendredi 11 au samedi 12, il s'est évaporé. Au petit matin, les Vanier ont trouvé la porte ouverte, mais pas leur coq. Et mesquinement, ils ne croient pas au hasard.

Les voisins ont un alibi en béton, ils sont chez eux, dans leur résidence principale, à 500 km de là. Alors, malveillance, coup monté, ou bien, comme le disait simplement Brassens "Tout à coup la prison bien close où vivait le bel animal s’ouvre, on n’sait pourquoi. Je suppose qu’on avait dû la fermer mal" ...
 
En tout cas le problème est résolu de facto. Coquelicot a échappé à la justice et la justice, qui a d'autres chats à fouetter, a échappé à Coquelicot. Ne reste plus qu'à espérer que ces voisins en profiteront pour arrêter de se voler mutuellement dans les plumes.
Coquelicot le coq, le volatile volatilisé à Saint-Pardoux-la-Rivière ©France 3 Périgords
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ruralité société polémique animaux nature