Le chien-gendarme Hagrid, nouvel atout de la brigade cynophile de Périgueux

Publié le

11 mois, la truffe humide et le poil brillant : sous son air pataud, le sympathique toutou est une redoutable machine à flairer qui vient de rejoindre la brigade de gendarmerie de Périgueux

En Dordogne, on peut croiser des Saint-Hubert. Surtout les dimanches d'hiver. C'est en effet un excellent chien de chasse. Originaire de Belgique, ce bestiaux massif qui semble habiter dans une peau trop grande pour lui aurait été amené de Grande-Bretagne par Guillaume le Conquérant.

Une truffe au pays des truffes

Le poil court, la langue pendante, la babine dégoulinante et les oreilles flasques, c'est l'image même du bon gros toutou débonnaire. Mais il ne faut pas se fier aux apparences. Car à l'autre bout d'une queue frétillante de bonne humeur se cache un organe redoutable : La légendaire truffe du Saint-Hubert ! 

Chien renifleur

300 Millions de cellules olfactives, soit 6 fois plus que chez l'homo sapiens moyen, ce qui en fait un très bon chien de chasse en fait également un excellent limier pour les forces de l'ordre. Ses capteurs lui permettent de remonter les pistes à l'odeur avec une exceptionnelle précision. Un chien de détection très apprécié aux États-Unis, où il était utilisé pour identifier les criminels et, c'est moins glorieux, rechercher les esclaves en fuite. À l'époque, l'identification nasale du Saint-Hubert était même retenue comme preuve par les tribunaux locaux. Parce que le Saint-Hubert, une fois qu'il vous a dans le nez, il ne vous lâche plus.

Deux ans à l'école du flair

Aujourd'hui ce chien policier reconnu part toujours à la recherche des personnes disparues ou en fuite, évadés de prison comme randonneurs distraits. Encore faut-il lui donner un minimum d'éducation pour qu'il puisse accomplir son travail sans s'arrêter à chaque tronc d'arbre pour vérifier les cartes de visite de ses congénères.

Jeux de bataille nasale

C'est tout le travail qu'effectue depuis octobre dernier Raphaël, gendarme de la brigade cynophile de Périgueux avec Hagrid (du nom de Rubeus Hagrid, poilu personnage de Harry Potter). Deux ans de formation au programme, la truffe à l'air, pour apprendre à remonter les pistes sans se laisser distraire par l'environnement.

Côté bipède, un travail physique pour encadrer ce demi-quintal de muscle très démonstratif. Et côté Toutou, que les antispécistes se rassurent, la formation et le travail n'ont rien d'un pensum pour Hagrid, au contraire.

C'est un jeu pour lui. Un chien qui ne joue pas, c'est un chien qui ne travaillera pas. Donc en gendarmerie on ne recrute vraiment que des chiens joueurs.

Raphaël, gendarme cynophile, maître d'Hagrid

Déjà capable de suivre les pistes au flair comme un pro, Hagrid semble très prometteur et fait le bonheur de son gendarme de maître. Raphaël ne cache pas son plaisir de travailler avec un coéquipier aussi affectueux, au point que les deux complices vivent désormais sous le même toit. En janvier prochain grande échéance pour les deux compagnons, Hagrid passera son examen de chien pisteur. Un examen qu'il effectuera sans doute haut-la-patte, voire les doigts dans le nez.