Cet article date de plus de 5 ans

Les craintes des agriculteurs et des horticulteurs face au redoux climatique

Les températures moyennes de ce mois de Décembre ne descendent pas en dessous des 10 degrés dans la région avec des maximales à 20 voire 22 degrés. Les agriculteurs craignent la prolifération de parasites. Ils comptent cependant sur les gelées hivernales pour éradiquer les larves.
"Dans les champs, on a tout un tas de larves qui dorment et si elles ne sont pas détruites en hiver elles vont ressortir et anéantir les récoltes" s'inquiète un producteur de pruneaux installé dans le sud de la Dordogne, en périgord pourpre. 

Il y a deux ans il avait perdu un tiers de sa récolte, ravagée par les pucerons et autres nuisibles, qui avaient survécu à un hiver trop doux.

"Pour le moment il n'y a rien d'exceptionnel" tempère cependant un horticulteur voisin, "les bourgeons sont certes un peu plus gros qu'à la normale, mais si on a des périodes un peu plus fraîches en janvier avec de petites gelées, cela devrait freiner la végétation" explique t-il.

Pour ce professionnel des plantes et de la végétation, le principal problème aujourd'hui est le manque d'eau. La faible pluviométrie de ce mois de décembre risque, si elle perdure, de faire sérieusement baisser le niveau des nappes phréatiques.

durée de la vidéo: 01 min 59
Les craintes des agriculteurs et horticulteurs face au redoux



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
climat environnement société agriculture économie