Bergerac : le métallurgiste Sotech cultive avec succès son "savoir-fer"

Moribonde il y a peu encore, l'entreprise de métallurgie spécialisée Sotech basée à Bergerac en Dordogne a désormais un carnet de commande bien épais. Un petit miracle en ces temps de crise, dû à une politique de développement bien ciblée, dans un marché de niche porteur.

SOTECH Technologies Services, ça ne s'invente pas, est installé rue Gustave Eiffel.
Dans cette zone industrielle de Bergerac, on soude, découpe et assemble à tour de bras. La spécialité ici ce sont les pièces mécano-soudées complexes clé en main, fabriquées à l’unité ou en petite série.


De l'industrie artisanale, en quelque sorte. Et de ces ateliers sortent parfois de véritables léviathans. Sotech se prévaut de pouvoir réaliser des pièces atteignant 50 tonnes et 6 mètres de diamètre.

Pour cela un bureau d'étude planche sur chaque projet, épluche les cahiers des charges liés aux demandes les plus diverses. Et les commandes affluent du monde entier, la production est destinée à 80% à l'export.

Il y a un mois par exemple, c'est un filtre géant destiné à l’une des turbines des réacteurs EPR de la centrale nucléaire d’Hinkley Point, au Royaume-Uni qui a quitté les ateliers bergeracois. Un joli bébé de 6 mètres de large, 15 mètres de long et de 52 tonnes commandé par General Electric.

Pourtant, l'entreprise avait été déclarée en cessation de paiement en 2017 et mise en redressement judiciaire deux ans plus tard par le tribunal de commerce de Bergerac. C'est l'ancien directeur de l'usine qui a redressé la barre, avec son épouse. Virginie, diplômée d'une école de commerce a assuré une stratégie offensive de développement qui réussi à l'entreprise. 

Les effectifs ont doublé en deux ans pour atteindre 80 personnes aujourd'hui. Des personnels motivés, atout primordial pour Stéphane Binvenu qui applique aussi cette méthode qui marche à son autre entreprise de mécanique industrielle. Le couple est d'ailleurs en cours d'acquisition d'une troisième entreprise et va déménager ses ateliers de la Sotech dans un local bergeracois plus grand. En ces temps crise, la Sotech affiche une santé de fer...