Plus d'un an après la disparition d'un sexagénaire et de son employée de maison, le mystère reste entier dans le petit village proche de Ribérac en Dordogne. Pas de trace, pas de corps, juste une double absence et les nombreuses interrogations des enquêteurs.

L'affaire est révélée dans le quotidien Sud Ouest ce mardi sous la plume de Jonathan Guérin. Une histoire qui alimente les conversations du petit village de Vanxains, 700 âmes, près de Ribérac depuis le 9 septembre 2019. Quelques jours auparavant, la fille de Félix Blanc alerte la gendarmerie. Depuis le 2 septembre, elle n'arrive plus à joindre son père. 


Félix Blanc, 67 ans, est un homme discret. Il n'entretient guère de relation avec le village. Pourtant, il n'est pas un étranger ici. Divorcé, père de cette fille unique trentenaire, cet ancien chauffeur routier en invalidité avait également monté une exploitation agricole. Il semblerait que ses parents, également agriculteurs étaient installés sur place où la famille vivait depuis des générations.

Son modeste pavillon, au fond d'une impasse sur la route de Ribérac, est dans un lieu-dit à l'écart du centre bourg. Cette maison, les gendarmes viendront la fouiller. De nombreuses fois, avec les moyens de la police scientifique et un personnel conséquent. En vain. Rien n'indique qu'il y ait eu violence, pas de message, pas d'indice pour orienter les recherches. 

Des indices, il y en aura quelques semaines plus tard, et à 100 km de là. On retrouve la voiture du disparu à Bordeaux et des paiements ont été faits chez des commerçants avec sa carte bancaire, mais par une tierce personne. 

De plus en plus convaincue de l'issue tragique de cette énigme, la section de recherche de Bordeaux revient à de multiples reprises sur les lieux. Elle fera sonder les puits et les étangs, survoler les lieux en hélicoptère, ratisser les environs avec des chiens, les enquêteurs interrogent le voisinage.

Une deuxième disparue


L'enquête pour disparition inquiétante menée depuis un an par le juge d'instruction ne s'arrête pas là, car il y a une autre disparition. Celle d'une Colombienne de 46 ans qui travaillait et était hébergée par Félix Blanc. Elle aussi a disparu, en même temps, sans laisser de traces. Selon des témoignages, elle serait venue au domicile accompagnée de deux autres Colombiens peu de jours auparavant. 

Rumeurs

De quoi alimenter toutes les thèses. Dans le village, il se dit que le septuagénaire était à la tête d'un "gros héritage" et que bien que fréquentant peu son voisinage, l'homme "recevait beaucoup"  rapporte Sud Ouest. Alors meurtre crapuleux, double meurtre, les faits semblent malheureusement indiquer la forte possibilité d'une issue malheureuse, accréditée par les nombreuses recherches menées par la gendarmerie.