• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

La Force : une association pour apprendre à connaître les ânes

Céline avec l'un de ses huit chouchous. / © B. Lasseguette/F3Périgords
Céline avec l'un de ses huit chouchous. / © B. Lasseguette/F3Périgords

Etablie en lisière de forêt, l'association Mon âne m'a dit propose différentes activités autour des ânes.
Découverte de l'animal, randonnée, coaching... mais pas des ânes, de leurs propriétaires.
Car un âne ne se dresse pas, il s'éduque ! 

Par Bertrand Lasseguette

A Rastouil, un lieu-dit au Nord de La Force, ça gratouille et ça papouille. Céline Bracco, assistante maternelle, y  a établi un havre de paix pour les différents animaux qu’elle possède. Quelques poules, une chèvre, un chien, une jument et surtout des ânes.

Huit ânes, qu’elle a recueillis petit à petit. Des animaux dont les propriétaires ne pouvaient plus s’occuper ou qui étaient promis à la boucherie. 
« J’ai la chance d’avoir un peu de terrain et d’habiter au milieu de la forêt », nous dit simplement Céline pour justifier ces adoptions successives.
En réalité, elle a complétement fondu pour les ânes.
 
L'âne, un animal très câlin


« C’est un animal attachant, intelligent avec un cœur énorme, qui donne beaucoup et fait des gros câlins ».
Pour qui prend le temps de s’arrêter et de l’observer, l’âne est en effet, un animal facilement abordable. Loin d’être aussi bête que la tradition le veut. Il est même possible d’avoir une conversation avec un baudet. En tout cas, c’est ce que nous assure Céline, qui a justement créé une association baptisée Mon âne m’a dit.

« Les gens qui passaient devant chez moi, me demandaient souvent s’il était possible de faire des balades avec les ânes ». Et comme Céline aime partager, elle a sauté le pas, créer l’association pour que tout soit en règle, et ainsi, depuis le mois de juin, son équipe d’ânes accueille toutes sortes de personnes.
 
L'âne n'est pas têtu, il est obstiné. Nuance. / © B.Lasseguette
L'âne n'est pas têtu, il est obstiné. Nuance. / © B.Lasseguette


Pour des sorties en forêt, des séances de médiation avec des personnes fragiles comme du coaching avec des gens qui possèdent ou souhaiteraient posséder un ou des ânes (par deux c’est mieux, seul l’âne peut s’ennuyer).
Attention ! Ne surtout pas parler de dressage avec Céline. « L’âne ne se dresse pas, il s’éduque. Les choses se font petit à petit, on n’impose rien à l’animal. Jamais d’agressivité, pas de violence. »

Si par exemple, il vous venez à l’esprit de partir sur les traces de l’écrivain Robert-Louis Stevenson et de traverser les Cévennes en compagnie d’un âne, Céline pourra vous expliquer comment l’on peut charger et conduire un âne. Une question de technique et de relationnel.

 
© B.Lasseguette
© B.Lasseguette

 

Sur le même sujet

Interview du Pr Henri Joyeux

Les + Lus