Cet article date de plus de 4 ans

Inquiétudes pour l'emploi dans la menuiserie Grégoire (24)

Depuis une quinzaine de jour, la menuiserie Grégoire qui emploie 500 personnes à St Martial d'Artenset près de Montpon-Ménestérol a changé de direction. C'est un cabinet spécialisé dans la "restructuration" d'entreprise qui dirige l'affaire désormais. Grosses craintes de licenciements à la clé.
©France 3 Périgords

Changement de patron

A Saint-Martial d'Artenset, l'ambiance n'est pas au beau fixe. Depuis plusieurs années, le groupe Grégoire est en proie à de fortes difficultés financières. Sa direction vient d'être transférée de la famille Grégoire au cabinet Prosphères. Les parts sont désormais réparties de la manière suivante, les fondateurs, la famille Grégoire en possèdent 43%, les cadres en possèdent 1% et c'est un fonds d'investissement hollandais, Parquest Capital, filiale de la Banque ING, qui possède la majorité, 56%. 

A la mi-janvier lors d'un comité d'entreprise, on notifiait aux représentants du personnel le départ "précipité" de son PDG, Jean-Michel Joussain. Ce PDG était le gendre du fondateur du groupe, Jean-Louis Grégoire. Deux ans auparavant, la fille du fondateur, Murielle avait également quitté le groupe. La fin d'une direction familiale. Le fonds d'investissement majoritaire a ensuite mandaté le cabinet spécialisé Prosphères pour prendre la direction. Désormais ce sont donc deux directeurs généraux associés, Philippe Favre et Jean-Marie Chuffart qui président aux destinées de l'entreprise. 

La "méthode" Prosphères

 Or le cabinet Prosphères est spécialisé dans la restructuration d'entreprises et s'est illustré précédemment par des plans de transformation d'entreprises en outil rentable, mais pas toujours au bénéfice de l'emploi.  L'arrivée de ce cabinet à la direction a abouti récemment dans trois entreprises françaises à 330 licenciements. Si pour l'instant aucune confirmation n'a été donnée, il y a donc de fortes chances pour que cela signifie aussi pour Grégoire un plan de redressement, et, partant, des licenciements.
Le tout avec une méthode bien rodée, et de plus en plus utilisées en entreprise selon les syndicats. Mi-janvier, la direction a mis en place un comité de pilotage d'une dizaine d'employés chargé de coordonner des "groupes de travail" auxquels sont conviés les salariés. Ils doivent plancher sur les meilleures sources de rentabilités envisageables. Les "meilleures solutions" seront ensuite validées par la direction. Une manière de justifier d'éventuelles réductions de personnels, la responsabilité de l'idée en revenant potentiellement aux groupes de travail, et donc aux salariés eux-mêmes ! Une méthode issue du toyotisme, mais pas dans ce qu'elle a de meilleur. 

La direction veut rassurer

Pour l'instant, la direction nie toute volonté de licenciement. Elle se veut rassurante tant sur les potentiels à venir, la qualité de la production et celle des employés. Et elle met l'accent sur la participation des salariés à leur propre avenir, à grand renfort de consultations participatives et d'entretiens. Elle se laisse encore plusieurs semaines avant d'annoncer ses décisions.
L'interview en longueur de JM Chuffart, nouveau co-PDG des menuiseries Grégoire ©France 3 Périgords

 

Grégoire, la fragilité des PME familiales françaises

Le groupe emploie environ 500 personnes. Il est spécialisé dans la fabrication et la commercialisation de menuiseries bois et PVC. L'entreprise avait été un modèle de réussite florissant à ses débuts... mais en 2009 la crise pousse les dirigeants à une première vague de licenciements : 53 salariés en CDI seront mis à la porte, et encore plus de contrats d'intérimaires et de CDD ne seront pas renouvelés. A la fin de l'année dernière, 8 nouveaux licenciements, et la direction décide de la fermeture des sites d'Angoulême, Narbonne et Lyon. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
crise économique économie