Municipales 2020 à Périgueux : Elisabeth Dartencet lancée dans la campagne

Elisabeth Dartencet, candidate aux municipales avec sa liste "Pour Périgueux" / © France 3 Périgords
Elisabeth Dartencet, candidate aux municipales avec sa liste "Pour Périgueux" / © France 3 Périgords

Avec une liste presque bouclée, une équipe de campagne déja constituée, Elisabeth Dartencet a entamé la rentrée de septembre sur les chapeaux de roues. Après sa démission en juin dernier de son poste d'adjointe à la culture, elle se retrouve donc à nouveau en travers du chemin d'Antoine Audi.

Par Sébastien Bouwy

C’est en  août à  Propriano en Corse, bien loin de l’agitation du Landerneau périgourdin, qu’Elisabeth Dartencet a mûri sa décision. Oui, elle sera candidate. Certains de ses amis la poussaient bien à partir, mais elle hésitait. « Le soutien de personnes solides et compétentes m’a définitivement convaincu » indique-t-elle.
De fait, dès son retour sur le continent, Elisabeth Dartencet multiplie les réunions avec son équipe très vite constituée. Aujourd’hui tout est en ordre de marche : le directeur de campagne, le mandataire financier, la communication et la logistique. Dans quelques jours la candidate aura aussi un compte Facebook.
« Des personnes sont venues spontanément me voir pour me proposer de venir travailler dans notre futur local de campagne » s’enthousiasme la candidate.

Une liste constituée au 2/3


La liste « Pour Périgueux » compte déjà 13 hommes et 13 femmes.  « Une équipe aux sensibilités différentes mais avec la même envie : œuvrer pour la ville » souligne-t-elle.
Les premiers groupes de travail ont réuni une soixantaine de personnes, et des ateliers de réflexion sont actuellement menés sur sept thématiques pour permettre d’élaborer les propositions de la liste au courant de l’automne.

Le quartier Montaigne


Bien sûr durant la campagne, la candidate ne manquera pas d’être questionnée sur le projet de le quartier Montaigne qui a provoqué sa démission en juin dernier. Elisabeth Dartencet est en profond désaccord sur ce dossier avec le maire Antoine Audi. « Le projet arrive avec 20 ans de retard ! » souligne-t-elle. Si elle s’installe dans le fauteuil de maire, et si les travaux n’ont pas débuté, elle promet de lancer une concertation avec les habitants pour établir un projet plus attractif. Sur ce point, la candidate n’a pas varié son discours, elle se souvient avoir manifesté sous la statue de Montaigne, quand le maire socialiste Michel Moyrand avait lancé le premier cette idée de centre commercial en plein centre-ville.
 

Repenser la circulation 


Les autres priorités de la candidate : repenser la circulation à Périgueux, établir une meilleure cohabitation entre les piétons, les vélos et les voitures. La candidate est très critique sur la refonte des boulevards du centre-ville avec "cette piste cyclable bien trop large et qui embouteille le centre désormais".
De son bilan à la mairie de Périgueux, en tant qu’adjointe à la culture, elle retient la rénovation de la médiathèque, « nous avons obtenu 80 % de subventions sur un chantier de 2,8 millions d’euros », et la fête de l’histoire qu’elle a créée. Si elle remporte les élections, elle continuera à travailler sur le musée d’art et d’archéologie dont elle souhaite une rénovation complète et un classement au titre des monuments historiques.

Humiliée et déçue


Plutôt très bonnes, lors de la campagne 2014, les relations entre Antoine Audi et Elisabeth Dartencet se sont vite détériorées.
L’ancienne adjointe se sent souvent humiliée dans des échanges de mails ou plus grave dans des réflexions en public.
Elle reproche aujourd’hui au maire, sa dérive autocratique, son manque d’écoute sur de nombreux dossiers qu’elle a relevés comme les rythmes scolaires ou celui de l’ancienne mairie.

Malgré ces critiques, on peut porter tout de même au bilan du maire d’avoir su donner des ailes à son entourage car après Elisabeth Dartencet, c’est l’ancien adjoint aux finances Laurent Rouquié qui devrait annoncer sa candidature la semaine prochaine. L’adjoint au développement économique Hussein Khairallah (Modem) a quant à lui démissionné pour soutenir la tête de liste LREM Patrick Palem.

Sur le même sujet

Accident entre un TER et un camion à Varzay (17)

Les + Lus