Réouverture des crèches : une distanciation sociale "impossible"

Le 12 mai prochain, les 15 crèches de l’agglomération de Périgueux rouvriront leurs portes. Comment garantir la sécurité sanitaire ? 

Difficile de faire appliquer les gestes barrières dans les crèches.
Difficile de faire appliquer les gestes barrières dans les crèches. © Max PPP Luc Nobout
"La distanciation sociale c’est impossible avec les tout-petits" reconnaît-on au Grand Périgueux. Malgré tout, la communauté d’agglomération a prévu de rouvrir ses 15 crèches dès le 12 mai prochain. Les capacités d’accueil seront limitées ; 300 places au lieu des 512 habituelles. "Il y aura des groupes de 10 enfants maximum, il n’y aura pas de circulation du personnel entre les différents établissements" explique-t-on à l’agglomération.
 

Quelle sécurité sanitaire ?

"Nous avons réalisé un protocole sanitaire avec un pédiatre et des infirmières. Un certain nombre de règles seront appliquées pour assurer la sécurité des enfants" détaille Marie Belombo, vice-présidente de l’agglomération en charge de l’action sociale.

S'il y a suspicion de fièvre, l'enfant sera isolé

Désormais, seulement l'un des deux parents pourra accompagner son enfant à la crèche ; avec l’interdiction formelle de pénétrer à l’intérieur de la structure. Les parents devront également surveiller la température de leur progéniture. "On ne prendra aucun enfant qui a plus de 38 de température. S'il y a suspicion de fièvre, l’enfant sera immédiatement isolé" prévient Marie Belombo.

À quelques jours de la réouverture, l’ensemble des locaux a été désinfecté. Les espaces de jeux tels que les toboggans ne pourront plus être utilisés. Idem pour les jouets, "on va laisser le minimum aux enfants" poursuit l’élue.
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par 𝗣𝗲𝗔𝗭 (@peaz.petiteenfance) le


Âgés de 2 mois à 3 ans, les enfants ne porteront "évidemment pas de masques". "On fera surtout attention à bien leur laver les mains régulièrement. On évitera le gel hydroalcoolique, c’est dangereux pour les enfants" indique Marie Belombo. Pas de quoi rassurer les parents… Jean, père d’un petit garçon, est dubitatif : "On voit que c’est très compliqué de faire appliquer les gestes barrières dans les écoles maternelles et primaires. Alors chez les tout-petits, je m’interroge…"

Nous savons travailler dans ces conditions

Sa décision est prise. Mardi prochain, Jean ne remettra pas son enfant à la crèche. "Pour l’instant, je n’ai aucune information qui puisse me rassurer. En tant que parent, on est bien placé pour savoir que dès qu’il y a une épidémie, elle est amplement partagée" observe-t-il.

Au Grand Périgueux, on tente de tranquilliser les parents : "C’est vrai qu’en temps normal il y a déjà des épidémies dans les crèches, je pense notamment à la gastro-entérite. Mais justement, nous savons travailler dans ces conditions. Face au Covid-19 nous avons renforcé nos protocoles habituels en période épidémique."  

Concernant le déjeuner du midi, "la situation est très disparate". Les crèches qui fonctionnent avec des cuisines centrales seront approvisionnées. Pour les autres, il sera demandé aux parents d’apporter un panier-repas. À priori, pas question d’isoler les enfants à table… Encore une fois, la distanciation sociale sera "très difficile à mettre en œuvre" admet-on au Grand Périgueux.
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par 𝗣𝗲𝗔𝗭 (@peaz.petiteenfance) le


Seulement la moitié des agents en service  

210 agents fonctionnaires travaillent dans les 15 crèches de l’agglomération de Périgueux. Parmi ces employés, des personnes vulnérables ou contraintes de garder leurs propres enfants. "C’est un vrai souci ! On s’attend à voir arriver seulement la moitié de notre effectif. On déterminera le nombre de place en crèche en fonction  du personnel disponible" précise-t-on à la communauté d’agglomération. Pour rappel, il faut une personne pour s’occuper de huit enfants qui marchent, une pour cinq qui ne marchent pas.

Combien d’agents ? Combien d’enfants ? Pour l’heure, impossible de répondre avec exactitude. "Nous sommes en train d’appeler les parents pour savoir s’ils souhaitent remettre leurs enfants à la crèche" explique Marie Belombo. "C’est d’ailleurs le seul contact qu’on a en ce moment… c’est un peu léger" déplore un parent.
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par 𝗣𝗲𝗔𝗭 (@peaz.petiteenfance) le

 

Une réouverture décalée à la demande des syndicats

Initialement prévue le 11 mai, la réouverture des crèches a été décalée d’un jour, comme le réclamait l’UNSA, le syndicat majoritaire au Grand Périgueux. "Ça fait un certain temps que les agents sont confinés, ils doivent reprendre en toute quiétude" explique Christine Gosset, représentante du personnel. Lundi prochain, les employés auront donc la journée pour se réapproprier leur environnement de travail et prendre connaissance du protocole sanitaire mis en place.
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par 𝗣𝗲𝗔𝗭 (@peaz.petiteenfance) le

Port du masque obligatoire, mais pas de tenue spécifique 

Le port du masque sera obligatoire. Les agents viennent d’ailleurs de recevoir leur dotation ; des masques lavables, en coton, qu’ils changeront deux fois par jour. Ils devront également porter l’une de leur tenue personnelle lavable à 60 degrés, qu’ils enfileront dès leur arrivée sur le site. Une erreur pour l’UNSA, "il aurait été préférable d’équiper le personnel avec des tenues spécifiques." "Pour ceux qui ne veulent pas ramener leurs habits chez eux, une machine à laver sera mise à disposition dans les crèches" précise le Grand Périgueux.
  

Veiller au bien-être des tout-petits

"Notre challenge sera très compliqué" analyse-t-on à l’agglomération. "Les enfants ont vécu deux mois très compliqués, les masques sur les visages du personnel risquent de les perturber" s’inquiète-t-on. Charge aux agents de permettre à ces êtres en devenir de se réapproprier au mieux leur univers de jeu.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société déconfinement jeunesse famille social